Kenya: réélection de Kenyatta validée, deux morts dans des manifestations

Photo: Georgina Goodwin Agence France-Presse

La Cour suprême du Kenya a validé lundi la réélection du président Uhuru Kenyatta lors de la présidentielle du 26 octobre, un jugement accueilli par de nouvelles manifestations de partisans de l’opposition dans lesquelles deux personnes ont été tuées par balles. La plus haute juridiction kényane, qui avait pris la décision historique sur le continent d’invalider pour « irrégularités » l’élection du 8 août, remportée par M. Kenyatta, a estimé « à l’unanimité » que les deux recours dont elle était saisie n’étaient « pas fondés ». « En conséquence, l’élection présidentielle du 26 octobre est validée » et « la réélection de M. Kenyatta est confirmée », a déclaré le président de la Cour suprême, David Maraga. Cette décision, dont l’argumentaire détaillé sera publié ultérieurement, signifie que M. Kenyatta, 56 ans, au pouvoir depuis 2013, sera investi le 28 novembre pour un nouveau mandat de cinq ans. Définitive au regard de la loi kényane, elle met également un terme à un processus électoral qui a profondément divisé le pays et durement affecté l’économie la plus dynamique de la région. Mais elle ne signifie pas pour autant que la crise est terminée comme en témoignent les manifestations, d’ampleur limitée, constatées lundi dans les bastions de l’opposition, dans la foulée du jugement.