Kenya: la Cour suprême s’inquiète

Nairobi — La Cour suprême du Kenya a blâmé mercredi la Commission électorale pour sa gestion de l’élection présidentielle invalidée du 8 août, lui reprochant d’avoir proclamé les résultats sur la base de documents parfois « douteux » et de ne pas avoir permis l’accès à ses serveurs informatiques. Les conclusions des juges, qui ont explicité mercredi leur décision prise le 1er septembre d’invalider la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta — une première en Afrique —, renforcent les doutes sur la capacité de la Commission électorale (IEBC) à organiser en peu de temps le nouveau scrutin, prévu le 17 octobre. La vice-présidente de la Cour suprême, Philomena Mwilu, a parlé de « révélations perturbantes, voire saisissantes », en ce qui concerne la manière dont l’IEBC a mené les élections, contestées en justice par l’opposition.