Maroc: le leader de l’opposition démissionne

Photo: Fadel Senna Agence France-Presse Ilyas al-Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité

Rabat — Ilyas al-Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM, libéral), principal parti d’opposition au Maroc, a présenté lundi soir sa démission. Ancien militant d’extrême gauche, M. Omari, également président de la région nord du Maroc, avait pris début 2016 les rênes du PAM, formation fondée en 2008 par Fouad Ali al-Himma, un proche conseiller du roi du Maroc. À la tête de ce Parti libéral, il s’était livré à une intense bataille électorale avec le Parti justice et développement (PJD), première force politique du pays, se posant comme un rempart « moderniste » au parti islamiste. Accusé par ses détracteurs d’agir en service commandé pour le Palais pour affaiblir les islamistes, le PAM d’El Omari était arrivé deuxième aux élections législatives d’octobre dernier derrière le PJD, grand vainqueur du scrutin. Le parti avait depuis lors perdu peu à peu de son influence, au profit du Rassemblent national des indépendants (RNI), autre Parti libéral ayant les faveurs du Palais, devenu le nouveau contrepoids aux islamistes. Pour la presse locale, la démission de M. Omari serait également liée à la crise d’Al-Hoceïma, épicentre de la contestation qui secoue la région du Rif.