Couillard ne dit pas non à l’Arabie saoudite au sein de l'OIF

Refusant de dire publiquement s’il était pour ou contre l’admission de Riyad dans le club francophone, Philippe Couillard a affirmé qu’«il est bon que ces pays s’intègrent aussi».
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Refusant de dire publiquement s’il était pour ou contre l’admission de Riyad dans le club francophone, Philippe Couillard a affirmé qu’«il est bon que ces pays s’intègrent aussi».

Le XVIe sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui se déroule samedi et dimanche à Madagascar, n’était pas encore ouvert que les représentants des 80 États et gouvernements qui participent à cette grande messe francophone s’écharpaient déjà sur l’admission de l’Arabie saoudite à titre de membre observateur.

Depuis des jours, on ne parle que de ça dans les couloirs du centre des congrès à deux pas de l’aéroport d’Ivato, où se réunira dès ce matin une trentaine de chefs d’États et de gouvernements. Fortement soutenue par le président Maky Sall du Sénégal et le roi Mohammed VI du Maroc, cette candidature a de bonnes chances de convaincre une majorité de pays africains même si elle répugne à nombre de dirigeants de l’OIF et de pays démocratiques. Ceux-ci jugent en effet qu’en ce qui concerne le respect des droits des femmes et de la liberté d’expression ainsi qu’à cause du rôle que joue l’Arabie saoudite dans la propagation de l’islamisme, ce pays ne devrait pas intégrer l’OIF.

Toute la semaine, les discussions se sont poursuivies au sein d’un comité spécial présidé par l’Albanie. Celui-ci a recommandé que l’on reporte la discussion après l’envoi d’une mission en Arabie saoudite pour vérifier, notamment, si le pays est prêt à s’engager à défendre la langue française. Mais cette recommandation n’est en rien contraignante, et l’Arabie saoudite pourrait arriver à convaincre l’assemblée plénière, qui ne vote pas, mais prend ses décisions par consensus. Surtout qu’elle mène un intense lobbying à coups de millions depuis des mois. À Riyad, les ambassadeurs des pays qui s’opposent à sa candidature ont même été convoqués.

Interrogé sur le sujet alors qu’il visitait un centre d’aide aux enfants soutenu par le Québec en banlieue d’Antananarivo, le premier ministre Philippe Couillard a semblé embarrassé. Il n’a pas voulu dire s’il était pour ou contre l’admission de l’Arabie saoudite. « C’est un sujet qui suscite beaucoup de discussions, a-t-il déclaré. Pour nous, au Québec, elle prend, cette question, un visage et un nom : Raif Badawi. […] Il n’y a pas une fois où je me suis assis avec des chefs d’État de la Francophonie, où l’on discute de cette question et où l’on ne mentionne pas son nom. »

Refusant de dire publiquement s’il était pour ou contre l’admission de Riyad dans le club francophone ou s’il entendait utiliser la demande de l’Arabie saoudite pour aider à libérer ce blogueur condamné à être fouetté pour avoir insulté l’islam, Philippe Couillard a ajouté qu’« il est bon que ces pays s’intègrent aussi ».

Un «contrat de retour»

Vendredi, le premier ministre s’est entretenu avec le président malgache, Hery Rajaonarimampianina. Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés. Le président est d’ailleurs un diplômé en comptabilité de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Plusieurs membres de son gouvernement ont aussi étudié dans la même université.

L’UQTR annonçait d’ailleurs vendredi la création d’un MBA en gestion à Madagascar. Le premier ministre a de plus annoncé qu’il octroierait 250 exemptions de droits de scolarité et 42 bourses pour la formation technique (cégep) aux pays francophones du Sud. S’y ajoutent dix exemptions supplémentaires pour des étudiants de niveau universitaire originaires de Madagascar.

Cette annonce a donné l’occasion à la ministre malgache de l’Enseignement supérieur, Marie Rasaozananera, de déplorer le grand nombre d’étudiants qui partent étudier à l’étranger et qui ne reviennent jamais. « C’est un gros problème, dit-elle. Nous souhaitons que les étudiants qui ont des bourses puissent revenir, car on a besoin de […] leurs compétences. » La ministre évoque même l’idée d’un « contrat de retour ». Une idée aussitôt soutenue par Philippe Couillard, mais dont il renvoie la responsabilité au pays d’origine.

Une dette envers Madagascar

Même dans les quartiers les plus pauvres, on accueille le sommet avec enthousiasme, convaincu qu’il ne peut qu’aider à mettre fin à l’isolement de cette île, qui a été boycottée par le monde entier et suspendue de la Francophonie après le coup d’État de 2009. Ce sommet représente donc une dette enfin honorée à l’égard des 23 millions de Malgaches, puisque le sommet prévu en 2010 avait été déplacé à Montreux, en Suisse.

Sur le thème de la croissance partagée et du développement responsable, le sommet doit permettre de concrétiser les nouvelles orientations que s’est données l’organisation qui veut développer l’économie francophone et se recentrer sur les jeunes et les femmes.

Premier sommet de Michaëlle Jean

Ce premier sommet de l’ancienne gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, élue secrétaire générale de l’OIF à Dakar en 2014, devrait faire le point sur les critiques dont a été l’objet son action. Vendredi, un article du Figaro lui reprochait encore son manque d’autorité à l’égard des chefs d’État africains face auxquels son prédécesseur, le Sénégalais Abdou Diouf, savait se faire respecter. D’aucuns ont notamment reproché à Michaëlle Jean sa lenteur à réagir aux irrégularités dont a été l’objet le dernier scrutin gabonais, le 27 août. La secrétaire générale s’était contentée d’un simple communiqué rédigé un mois plus tard. « Il est évident que Michaëlle Jean n’a pas le poids diplomatique d’Abdou Diouf », nous confie un diplomate qui fréquente l’OIF depuis longtemps.

D’ailleurs, depuis l’élection de Michaëlle Jean, l’OIF n’organise plus de missions d’observation électorales. La secrétaire générale a réagi plus rapidement lorsqu’en septembre 2015, le gouvernement de Kinshasa a voulu interdire la projection du film L’homme qui répare les femmes, sur le combat du médecin congolais Denis Mukwege en faveur des victimes de viol. Elle est aussi intervenue au Conseil de sécurité de l’ONU, une première.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui est arrivé vendredi soir à Antananarivo, semble parfaitement en phase avec les nouvelles priorités de Michaëlle Jean. Il doit d’ailleurs prononcer un discours sur l’autonomie des femmes et des filles en Afrique, ainsi que sur les droits des gais et des transgenres. Il parrainera aussi une résolution contre les mariages forcés. À l’occasion de ce premier voyage, dans l’entourage de Justin Trudeau, on ne cache pas vouloir en profiter pour relancer la présence canadienne en Afrique.

14 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 26 novembre 2016 03 h 25

    L'arabie saoudite devrait se cacher de honte!

    L'Arabie saoudite qui ne parle pas un mot de français et qui pratique la torture, la lapidation, les fouettes, la misogynie institutionnalisée, les condamnations à mort comme spectacle, l'exportation du Wahhabisme/Sallafisme partout dans le monde, et j'en passe, veut y adhérer à la Francophonie! C'est l'absurdité à l'extrême qui démontre l'hypocrisie des états qui prêchent les droits de l'homme, tout en considérant vendre la respectabilité à un pays voyou. L'Arabie saoudite devrait se cacher de honte à cause de ses pratiques barbares! M. Couillard va se discréditer s'il appuie une telle décision.

  • Raynald Rouette - Abonné 26 novembre 2016 07 h 03

    À la fois Intermédiaire, Lobbyiste et Portier!


    Pour le compte de l'Arabie saoudite...

    Voilà qu'apparaît plus clair son attitude et son comportement vis-à-vis l'Islam intégriste depuis sa venue en politique.

    Et il entraîne tout le Québec dans sa démarche.

    De là à croire qu'il met en pratique les conseils de Machiavel au Prince, il n'y a qu'un pas à franchir.

    P.-É. Trudeau a un concurrent...

  • Bernard Terreault - Abonné 26 novembre 2016 07 h 28

    Peut-on m'expliquer

    ce que l'Arabie Saoudite et un bon nombre des 80 états qui font partie de cette organisation peuvent bien y faire? On n'y a jamais parlé français, qui n'y est au mieux que la troisième ou quatrième langue enseignée dans les écoles. N'y a-t-il pas un proverbe bien français, "Qui trop embrasse, mal étreint"

  • François Dugal - Inscrit 26 novembre 2016 07 h 29

    Le professeur

    Notre guide suprême va-t-il se changer en professeur de français montrant au peuple saoudien les joies de la langue de Corneille?

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 26 novembre 2016 08 h 50

    Le pays qui ne respecte pas les "droits de l'homme" à l'OIF

    Couillard va dire "faut être inclusif" pour bien "perler".
    Bientôt, il dira vider les prisons faut être inclusif.
    On voit d'où il subit ses influences. Il doit avoir les poches pleines de pétrole.