Le Sénégal voit d’un bon oeil le retour du Maroc dans l’UA

Les dirigeants africains étaient présents au sommet de Kigali.
Photo: Cyril Ndegeya Agence France-Presse Les dirigeants africains étaient présents au sommet de Kigali.

Dakar — Le Sénégal a réaffirmé mercredi son soutien à un retour du Maroc au sein l’Union africaine (UA), « une chose complètement naturelle » selon le président sénégalais Macky Sall.

« Le retour du Maroc [au sein de l’UA] est une chose complètement naturelle. Le Maroc fait partie de l’Afrique », a affirmé le président Sall, en réponse à une question à l’issue d’une réunion du Conseil des ministres à Pikine, dans la banlieue est de Dakar.

Le Maroc avait décidé en 1984 de quitter l’Organisation de l’Union africaine (OUA, ancêtre de l’UA) à la suite de l’admission en son sein de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Ex-colonie espagnole, le Sahara occidental est contrôlé par le Maroc. Le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, réclame un référendum d’autodétermination.

Dans un message au 27e sommet de l’UA tenu à Kigali, le roi Mohammed VI du Maroc avait annoncé que son pays allait regagner l’organisation.

« Aujourd’hui, le Maroc a décidé de revenir et de demander que la légalité constitutionnelle internationale soit respectée, conformément à ce qui se passe à l’ONU où le Sahara n’est pas représenté comme État indépendant », et « le Sénégal est totalement en phase avec le Maroc et le soutient totalement sur cette question », a encore déclaré le président sénégalais.

Macky Sall a par ailleurs réaffirmé la candidature de l’ex-ministre sénégalais Abdoulaye Bathily, actuel représentant spécial de l’ONU en Afrique centrale, à la tête de la commission de l’UA, lors du prochain sommet.

Au sommet de Kigali, les dirigeants africains n’ont pas réussi à désigner un successeur à l’actuelle présidente de la commission, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, dont le mandat arrivait à terme.

Trois candidats était en lice, dont M. Bathily. Aucun d’eux n’a obtenu la majorité requise des deux tiers et une nouvelle élection, ouverte à de nouveaux candidats, est prévue pour le prochain sommet de l’UA en janvier 2017 à Addis Abeba. Mme Dlamini-Zuma demeure en poste jusqu’à cette échéance.