Les djihadistes tentent de résister à Syrte

Les djihadistes du groupe État islamique (EI) tentaient dimanche de résister, notamment avec des attentats suicides, à l’avancée rapide des forces progouvernementales libyennes dans le centre de Syrte, leur principal bastion en Libye.

Recourant à l’une de ses tactiques habituelles, le groupe EI a perpétré dimanche trois attentats suicides à l’aide de voitures piégées contre les forces du gouvernement d’union libyen (GNA).

Ces attaques ont fait au moins un mort et quatre blessés, selon un premier bilan du centre de presse des forces du GNA. Deux d’entre elles ont visé des rassemblements de combattants tandis que la troisième s’est produite près d’un hôpital de campagne, a précisé Reda Issa, un porte-parole.

En infériorité numérique et disposant de moindres moyens militaires, le groupe EI a recours à des tactiques de guérilla (attentats suicides, mines, engins explosifs improvisés (IED), tireurs isolés…) pour combattre ses ennemis, que ce soit en Libye, en Syrie et en Irak, les trois pays où il est le plus implanté.

À Syrte, les djihadistes sont désormais encerclés dans un secteur de 5 km2 après avoir déserté des quartiers résidentiels et le port de cette ville côtière située à 450 km à l’est de Tripoli. Le port de Syrte, son aéroport international, une importante base aérienne et un hôpital ont été repris aux djihadistes au cours des derniers jours.

Ils n’ont cessé de perdre du terrain depuis le lancement il y a un mois, le 12 mai, de l’offensive menée par différents groupes militaires ayant apporté leur soutien au gouvernement d’union récemment mis en place à Tripoli avec le soutien de la communauté internationale.

Ces troupes ont repris de nombreuses localités et installations que le groupe EI avait prises dans une zone de quelque 200 km autour de Syrte depuis son implantation en Libye à la fin 2014.

Mais après leur progression rapide, ces forces sont confrontées aux défenses mises en place par le groupe EI dans la zone la plus peuplée de Syrte.

Il resterait, selon M. Issa, quelque 30 000 civils dans la ville, qui comptait 120 000 habitants avant sa prise par l’organisation EI.

Pour les épargner, il devrait donc être plus difficile aux pro-GNA d’avoir recours aux bombardements aériens et aux tirs d’artillerie lourde comme ils l’ont fait ces derniers jours. Quelque 150 frappes ont ciblé depuis le 12 mai les positions du groupe EI, selon le centre des opérations militaires.

La grande majorité des quelque 5000 djihadistes du groupe EI présents en Libye selon des responsables américains, se trouveraient à Syrte. Ils y défendent notamment leur centre de commandement qui a été installé dans le centre de conférence Ouagadougou, construit par Mouammar Kadhafi, originaire de la ville.

Le groupe EI a profité du chaos politique et sécuritaire dans lequel la Libye a plongé après la chute du dictateur en 2011 pour s’y implanter. Syrte est ainsi devenu son principal bastion en dehors de la Syrie et de l’Irak où le groupe ultraradical sunnite a proclamé un « califat » sur les territoires conquis.

La lutte contre le groupe EI n’a été véritablement lancée qu’après l’installation à Tripoli le 30 mars du gouvernement d’union dirigé par Fayez al-Sarraj. Ce dernier a progressivement reçu le soutien de milices fortement armées implantées dans plusieurs villes de l’ouest libyen, principalement de Misrata, située à mi-distance entre Tripoli et Syrte. Les milices de cette ville sont les mieux armées du pays et possèdent des avions MiG et des hélicoptères d’attaque.

Participent également à l’offensive les Gardes des installations pétrolières et des unités de l’armée libyenne divisée.

Mais d’autres unités sont restées loyales au gouvernement parallèle installé dans l’est qui ne reconnaît pas la légitimité du GNA. Elles sont dirigées par le général controversé Khalifa Haftar.

L’ONU plaide depuis des mois, jusqu’à présent en vain, pour que le gouvernement parallèle reconnaisse l’autorité du GNA. Son émissaire pour la Libye, le diplomate allemand Martin Kobler, s’est déclaré « impressionné par les progrès rapides » des pro-GNA à Syrte.

Ces avancées ont également été saluées par des capitales européennes, dont Paris, qui a appelé samedi l’ensemble des composantes libyennes à l’unité politique face au groupe EI.

Les pays de l’UE espèrent qu’une stabilisation en Libye permette de réduire le flot de migrants qui passent par ce pays pour traverser la Méditerranée et rejoindre les côtes italiennes.