Ouganda : à peine libéré, l’opposant Besigye de nouveau arrêté

Kampala — L’opposant historique ougandais, Kizza Besigye, qui conteste la réélection controversée du président Museveni en février, a été interpellé mardi lors de sa première apparition publique depuis la levée vendredi de son assignation à résidence, a-t-on appris de source policière. M. Besigye a été arrêté alors qu’il saluait des partisans rassemblés autour de son véhicule dans le centre de la capitale Kampala. L’opposant a indiqué qu’il tentait de se rendre à une prière organisée au siège de son parti, le Forum pour le changement démocratique (FDC). Il s’agissait de la première apparition publique de M. Besigye depuis que la police a levé vendredi une assignation à résidence qui a duré 43 jours. Le porte-parole de la police Patrick Onyango a déclaré que les autorités ne voyaient pas de problème à ce que M. Besigye assiste à une prière, soutenant que l’opposant avait été arrêté « car il se déplaçait avec une procession » et a refusé de suivre un trajet déterminé par la police. Le porte-parole de la police a précisé que M. Besigye serait inculpé pour rassemblement illégal. Le président Museveni, au pouvoir depuis 1986, a été réélu dès le premier tour avec 60,62 % des voix au terme d’un scrutin controversé, conduit, selon des observateurs internationaux dans une atmosphère d’intimidation imposée par un régime qui a muselé toutes les voix dissidentes.