Burkina: une commission pour rédiger une nouvelle Constitution

Ouagadougou — Une Commission constitutionnelle a été mise en place au Burkina en vue de rédiger dans les 60 jours un avant-projet de Constitution pour le passage du pays à la cinquième République, a annoncé jeudi le gouvernement. Ce changement de république avait été arrêté dans la Charte de la transition signée par les partis politiques, la société civile et les forces de défense et de sécurité au lendemain de la chute du président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 par la rue après 27 ans de règne. L’actuelle Constitution du Burkina Faso a été adoptée le 11 juin 1991 sous le président Compaoré à la sortie de plus d’une décennie de régime d’exception, le pays étant confronté régulièrement à des coups d’État. Début novembre, les députés du Conseil national de la transition (CNT), l’assemblée intérimaire mise en place après la chute de M. Compaoré, ont adopté un amendement constitutionnel qui verrouille le nombre de mandats présidentiels. Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, élu fin novembre, s’était engagé à écrire une nouvelle Constitution en vue du passage à la 5e République.