Afrique du Sud: appelé à démissionner, Zuma appelle à l’unité

Le Cap — Le président sud-africain, Jacob Zuma, a appelé jeudi à l’unité du pays pour donner un coup de fouet à l’économie moribonde du pays et combattre le racisme, dans un discours devant le Parlement, où l’opposition réclame depuis des semaines sa démission. Ces deux derniers jours, le président Zuma avait écouté les critiques de l’opposition au Parlement qui estimaient pour la plupart qu’il était incapable de diriger le pays. Le président Zuma a néanmoins admis que le pays traversait une mauvaise passe sur le plan économique et a notamment appelé à l’unité pour éviter que la note souveraine du pays ne soit dégradée par les agences de notation. « Le temps est venu de nous unir, de travailler ensemble pour faire la différence et des progrès notables. Ensemble nous pouvons faire avancer l’Afrique du Sud », a affirmé M. Zuma. Le ton de ce discours constitue un changement dans la rhétorique du président Zuma, habitué à clamer sa loyauté envers son parti, le Congrès National Africain (ANC), avant tout. Le président sud-africain a également appelé à cette même unité contre le racisme qu’il a qualifié d’« ennemi de l’humanité ».