Les auteurs de la prise d’otages de Sévaré toujours recherchés

Bamako — Le Mali s’efforçait dimanche d’identifier les auteurs de la prise d’otages lancée vendredi à l’hôtel Byblos de Savaré, qui a fait 13 morts, dont 4 soldats maliens et 5 sous-traitants de la Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA).

Des soldats maliens ont mené des patrouilles dans la nuit de samedi à dimanche à Sévaré et autour de Mopti, la capitale régionale du centre Mali, située à 12 kilomètres, a indiqué à l’AFP un habitant de cette ville, joint dimanche depuis la capitale, Bamako. « La nuit a été calme. […] Tout revient à la normale ici à Sévaré », a-t-il ajouté.

L’assaut de l’établissement, qui accueille régulièrement des expatriés, s’est soldé dans la nuit de vendredi à samedi par la mort de « quatre soldats des Fama », les forces armées maliennes, « cinq contractuels de la Mission de l’ONU au Mali et quatre terroristes tués » durant les opérations lors de l’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré, a indiqué dimanche le gouvernement dans un bilan qu’il dit « définitif ». Par ailleurs, huit soldats ont été blessés.

Ce bilan coïncide désormais avec les éléments donnés samedi par la MINUSMA.

Jusqu’ici, l’incertitude subsistait en effet : un responsable militaire malien parlait de 12 morts — cinq soldats maliens tués, « cinq terroristes et deux Blancs » — tandis que la MINUSMA recensait cinq pertes dans ses rangs : cinq employés travaillant pour des entreprises sous-traitantes — un Malien, un Népalais, un Sud-Africain et deux Ukrainiens.

En outre, a précisé le gouvernement dans son communiqué, « sept suspects ont été arrêtés » et les « quatre otages libérés » par l’armée malienne — deux Ukrainiens, un Russe et un Sud-Africain — sont « en bonne santé ».