Trois opposants fouettés au Soudan

Khartoum — Un tribunal soudanais a condamné lundi trois dirigeants d’une petite formation de l’opposition à 20 coups de fouet pour perturbation de l’ordre public, une peine qui a été immédiatement exécutée, a annoncé un porte-parole de ce parti. Ce verdict sans précédent contre des opposants depuis que le président Omar el-Béchir est arrivé au pouvoir en 1989 par un coup d’État, a été prononcé par un tribunal d’Oumdourman, ville jumelle de Khartoum. « Le tribunal d’Oumdourman a condamné le vice-président du Parti du congrès soudanais Mastour Ahmed Mohamed et les deux dirigeants Assem Omar et Ibrahim Mohamed à 20 coups de fouet et la sentence a été aussitôt appliquée dans la cour extérieure du tribunal », a dit ce porte-parole, Bakri Youssef. Les trois dirigeants de ce parti ont été jugés pour s’être exprimés en public en avril lorsqu’ils avaient appelé, devant une foule dans un marché d’Oumdourman, à la libération de 12 de leurs collègues emprisonnés par les autorités.

À voir en vidéo