État islamique vise l’Égypte et Gaza

La région du Sinaï est maintenant sous haute tension.
Photo: Sais Khatib Agence France-Presse La région du Sinaï est maintenant sous haute tension.

Jamais le groupe État islamique n’avait commis une attaque aussi longue, impliquant autant de combattants et d’armements dans le Sinaï. Mercredi, après huit heures d’affrontements, d’explosions de voitures piégées, de tirs de roquettes et de missiles antichars, les djihadistes d’Ansar Beït al-Maqdess, la branche de Daesh dans la région, se sont retirés d’Al-Arich, chef-lieu du Nord Sinaï, et de Cheikh Zouweid. Au moins 70 soldats et civils ont été tués, selon des responsables de la santé et de la sécurité. L’armée a indiqué avoir abattu 100 djihadistes.

Ce bilan prouve que Daesh, qui menait une guérilla faite d’embuscades et d’attaques contre des barrages ou des convois militaires, est passé à une guerre ouverte en Égypte. « EI est dans une stratégie de long terme. Ils misent sur l’affaiblissement de l’État et une crise économique, inévitable, pour s’emparer de nouvelles villes », explique Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes.

Les Bédouins discriminés

Le Sinaï est depuis longtemps un territoire qui attire les djihadistes. Majoritairement bédouine, la population a été discriminée, privée des postes dans l’administration et dans l’armée durant le régime d’Hosni Moubarak, au pouvoir entre 1981 et 2011. Elle se méfie aujourd’hui de la politique ultrasécuritaire du président Abdel Fattah al-Sissi.

Le Sinaï est d’autant plus une cible pour EI qu’il est frontalier d’Israël. Dans une vidéo diffusée mardi, un djihadiste promettait de « déraciner l’État des Juifs ». Dès son apparition, en 2011, Ansar Beït al-Maqdess s’était fait connaître en tirant des roquettes sur le territoire hébreu.

Le groupe tente également de s’implanter à Gaza, relié à l’Égypte par le poste-frontière de Rafah. Dans la même vidéo de mardi, il a officiellement déclaré la guerre au Hamas, qui contrôle le territoire palestinien depuis 2007, et à l’Autorité palestinienne, qui gouverne la Cisjordanie. EI affirme vouloir appliquer la charia à Gaza.

En guerre !

Les relations entre les deux groupes ont toujours été mauvaises, Daesh considérant le Hamas comme «apostat». Leurs combattants se sont même affrontés dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, en Syrie, où Daesh a attaqué début avril une milice locale liée au Hamas, Aknaf Beif al-Maqdas. S’ils ont annoncé plusieurs fois s’être retirés, les djihadistes contrôlent toujours la majorité du camp.

Leurs chances à Gaza paraissent toutefois infimes. Le Hamas, même affaibli par l’opération israélienne de l’été 2014 et la destruction de la quasi-totalité de tunnels qui reliaient Gaza à l’Égypte, contrôle encore très largement l’enclave palestinienne. Il a en outre l’habitude de gérer des groupuscules djihadistes, les laissant opérer jusqu’à ce qu’ils deviennent gênants. Le Hamas a arrêté des dizaines de salafistes ces dernières semaines et tué l’un de leurs responsables. « La seule chance d’EI à Gaza serait qu’une intervention israélienne démantèle le Hamas », poursuit Romain Caillet.

Pour l’heure, c’est plutôt l’inverse qui se produit. Selon plusieurs médias du Proche-Orient, Israël et le Hamas auraient ouvert des négociations sur la mise en place d’un cessez-le-feu durable en échange de l’ouverture d’un port dans la bande de Gaza.

1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 3 juillet 2015 03 h 55

    Déstabiliser et tuer ?

    « Le Sinaï est d’autant plus une cible pour EI qu’il est frontalier d’Israël. » (ùc Mathieu, Libération)

    Pourquoi l’ÉI s’intéresse-t-il à l’Égypte et à Gaza ?

    Que vient-il faire dans ce décor ?

    Déstabiliser et tuer ? - 3 juillet 2015 -