Nouvelles tensions entre l’Égypte et le Qatar autour de l’EI

L’Égypte et le Qatar ont étalé leurs désaccords jeudi après des frappes égyptiennes contre le groupe État islamique (EI) en Libye, où l’organisation djihadiste a renforcé son influence en s’emparant de l’université de Syrte.

Après la décapitation de 21 chrétiens, en grande majorité des Égyptiens, revendiquée dimanche par la branche libyenne de l’EI, l’Égypte a bombardé mardi des positions djihadistes en Libye et réclamé une intervention militaire internationale dans ce pays plongé dans le chaos et contrôlé par des milices rivales. Le Qatar a critiqué une « action militaire unilatérale » de l’Égypte qui a agi sans consulter ses partenaires au sein de la Ligue arabe. Le délégué égyptien à la Ligue a répliqué en accusant Doha de soutenir le terrorisme.

En signe de protestation, le Qatar a aussitôt rappelé son ambassadeur au Caire. Et les cinq autres monarchies du Golfe — Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Koweït, Oman et Bahreïn — se sont rangées à ses côtés face aux accusations « infondées » du Caire.

La plupart de ces monarchies avaient pourtant soutenu l’ex-chef de l’armée égyptien et désormais chef d’État, Abdel Fattah al-Sissi, après la destitution en 2013 du président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, et avaient accusé le Qatar de soutenir cette confrérie classée « terroriste » en Arabie saoudite et aux Émirats. Mettant fin à des mois de tensions entre les deux pays, le Qatar avait finalement apporté en décembre son soutien à M. Sissi.

Absence de consensus

Le nouveau différend avec le Qatar illustre l’absence de consensus international sur la Libye, la plupart des pays ne privilégiant pas l’option militaire. Devant le Conseil de sécurité mercredi, le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohammed al-Dairi, a demandé à l’ONU de lever l’embargo sur les armes imposé à son pays pour aider l’armée à renforcer ses capacités alors qu’elle peine à lutter contre les milices. Son homologue égyptien, Sameh Choukri, a appuyé cette demande, indiquant que le projet de résolution prévoyait une « levée des restrictions » sur les seules armes à destination du gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Plusieurs membres du Conseil, dont la Russie, sont réticents à lever l’embargo imposé depuis 2011, évoquant le risque de voir des armes tomber entre de mauvaises mains. Washington, Paris et Londres ont eux affirmé leur préférence pour une solution politique.

Coup d’éclat

Renforçant son emprise en Libye, l’EI a pris le contrôle jeudi de l’université de Syrte (450 kilomètres à l’est de Tripoli), qui a suspendu ses cours, selon des témoins. La veille, une soixantaine de véhicules appartenant à l’EI ont paradé à Syrte, ville natale du dictateur Mouammar Kadhafi qui y a été capturé puis tué par les rebelles en octobre 2011 après huit mois de révolte.

Des photos, signées de la branche libyenne de l’EI et diffusées sur les réseaux sociaux, montrent des dizaines de djihadistes cagoulés paradant à bord de pick-up et véhicules tout terrain armés de canons antiaériens et brandissant les drapeaux noirs du mouvement extrémiste.

Selon des habitants, des combattants de l’EI ont également pris position devant le centre Ouagadougou, où Kadhafi organisait les sommets africains ou arabes. Cette démonstration de force intervient après l’envoi par la coalition Fajr Libya d’une force pour « rétablir la sécurité » à Syrte. Mais pour le moment il n’y pas eu de combats entre les deux camps.