Boko Haram fait 42 morts au Cameroun et au Nigéria

Yaoundé, Cameroun — Des membres présumés du groupe Boko Haram seraient à l'origine d'explosions qui ont fait 37 morts, mardi, à un poste de contrôle du nord-est du Nigeria.

Des djihadistes ont aussi attaqué une base militaire camerounaise près de la frontière avec le Nigeria, tuant au moins cinq soldats.

Vingt civils et 17 extrémistes ont été tués à un barrage routier près de Biu, dans l'État de Borno, dans le sud du Nigeria, a dit un témoin. Un djihadiste a tenté de lancer une grenade mais a été abattu par des soldats. La camionnette dans laquelle il se trouvait a alors explosé et des militants qui prenaient place à bord d'un autre véhicule ont ouvert le feu.

Un kamikaze s'est aussi donné la mort à un restaurant situé près d'un poste de contrôle militaire de Potiskum, faisant quatre morts.

Au Cameroun, des centaines de militants ont attaqué une base militaire de Waza, avant de piller et d'incendier des dizaines de maisons du secteur. Ils ont ensuite pris la fuite vers le Nigeria, a dit à l'Associated Press le colonel Joseph Nouma.

Huit soldats camerounais blessés ont été transportés vers un hôpital militaire de la capitale, a-t-il dit.

Ces nouvelles violences surviennent au moment où des dirigeants de pays d'Afrique centrale se rencontraient à Yaoundé, au Cameroun, pour discuter de la création d'une force militaire multinationale pour affronter Boko Haram.

Les 10 États membres ont annoncé qu'ils ont déjà mis sur la table plus de la moitié des 100 millions $US requis pour la mission. Ils ont aussi demandé au Nigeria de collaborer en permettant à la force multinationale d'attaquer les bastions de Boko Haram sur son territoire.

Le groupe islamiste lutte depuis cinq ans contre le gouvernement du Nigeria. Il a récemment augmenté ses attaques contre les voisins du Nigeria quand le Cameroun, le Niger, le Tchad et le Bénin ont accepté de se joindre à la force multinationale.

Les violences ont chassé 157 000 réfugiés vers le Niger, 40 000 vers le Cameroun et 17 000 vers le Tchad, selon l'ONU.

Environ un million de Nigérians sont aussi en déplacement sur leur territoire, selon les données officielles du pays.