Pistorius coupable d’homicide involontaire

Pretoria — Oscar Pistorius, star du handisport mondial dont le procès a tenu l’Afrique du Sud en haleine, a été reconnu coupable vendredi à Pretoria de l’homicide involontaire de sa petite amie en 2013, au grand dam de la famille de la victime, choquée et incrédule.

Pistorius risque encore la prison, mais pour la famillle de Reeva Steenkamp ce verdict est clément. « Je pense juste que ce n’est pas le bon verdict… Ils croient à son histoire, moi non », a déclaré sur la chaîne NBC la mère de la victime, June, qui s’attendait à une condamnation?pour?meurtre comme la grande majorité des observateurs et juristes.

Son mari Barry a estimé que « tous ceux qui avaient pu suivre l’affaire dans le monde étaient incrédules. »

Après 43 jours d’audience et le défilé de dizaines de témoins et d’experts, la juge Thokozile Masipa a finalement retenu la version de l’accusé, qui affirme avoir tiré dans la porte des toilettes en croyant qu’un cambrioleur s’y était introduit.

Le parquet, tout au long du procès, avait au contraire tenté de prouver que les deux amants s’étaient disputés et que Pistorius avait délibérément assassiné Reeva Steenkamp, une mannequin de 29 ans.

Si le meurtre peut être puni d’une peine de perpétuité en Afrique du Sud, le code pénal ne prescrit aucune peine automatique ni incompressible pour l’homicide involontaire.

L’audience reprendra le 13 octobre, pour permettre à l’accusation et à la défense d’argumenter en faveur d’une peine plus ou moins sévère. La décision appartiendra à la juge. Dans l’immédiat, elle a accepté que le champion reste en liberté sous caution.

Impassible à l’annonce du verdict, il est ressorti encadré par une demi-douzaine de policiers?en?gilets pare-balles.

Faute de preuves irréfutables démontrant son intention de tuer son amie, venue passer la nuit de la Saint-Valentin 2013 chez lui, la justice sud-africaine lui a laissé le bénéfice du doute, et ne l’a pas condamné pour meurtre.

L’homicide involontaire par négligence a cependant été retenu contre lui : « Une personne raisonnable dans sa position, avec le même handicap, aurait prévu?la?possibilité?que quelqu’un derrière la porte puisse être tué par les coups de feu et elle aurait pris les mesures pour éviter ces conséquences, ce que l’accusé n’a pas fait », a déclaré la juge.

Le parquet, « déçu », s’est réservé la possibilité d’interjeter appel, tandis que l’oncle du sportif, Arnold, a remercié la juge « au nom de la famille ». « Nous n’avons jamais douté de la version d’Oscar sur ce tragique accident », a-t-il dit.