Les boîtes noires seront expédiées en France

Des débris de l’avion d’Air Algérie, près de Gao
Photo: Sia Kambou Agence France-Presse Des débris de l’avion d’Air Algérie, près de Gao

Les deux boîtes noires de l’avion d’Air Algérie qui s’est écrasé au Mali ont été transférées dimanche de Gao (nord du pays) à Bamako, d’où elles partiront pour la France, un des trois pays ayant ouvert des enquêtes judiciaires sur l’accident.

La première boîte enregistreuse avait été récupérée vendredi par l’armée française sur le site du crash dans la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao, la plus grande ville du Nord malien. La seconde l’avait été samedi par des experts de la mission de l’ONU au Mali (Minusma).

Toutes deux avaient été acheminées à Gao, où est basé un centre de gestion des opérations concernant le crash. Elles ont été emmenées dimanche à Bamako par une délégation conduite sur place par le ministre malien des Transports Mamadou Hachim Koumaré et son homologue algérien Amar Ghoul, a indiqué le ministre malien de l’Information et de la Communication, Mahamadou Camara.

« Elles vont être remises aux autorités françaises » associées à l’enquête sur l’accident, une mission confiée à un responsable de la gendarmerie malienne qui doit quitter Bamako dimanche soir pour la France, a ajouté M. Camara, sans plus de détails.

L’avion d’Air Algérie, un McDonnell Douglas MD-83 loué auprès de la société espagnole SwiftAir, était parti d’Ouagadougou pour Alger dans la nuit du 23 au 24 juillet. Il s’est écrasé 50 minutes après avoir décollé.

Aucune des 118 personnes à son bord — 112 passagers (54 Français, 23 Burkinabés, huit Libanais, six Algériens et des ressortissants d’autres pays) et les six membres, espagnols, de l’équipage — n’a survécu.

En France, le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire pour « homicides involontaires ». Dimanche, le gouvernement malien a assuré que le Mali avait fait de même après l’annonce de la découverte des débris de l’avion.

Samedi, le Burkina Faso avait annoncé l’ouverture par le procureur d’Ouagadougou d’une enquête judiciaire pour rechercher les causes de la catastrophe.

Selon plusieurs spécialistes, la cause de l’écrasement serait les mauvaises conditions météorologiques.

À voir en vidéo

3 commentaires
  • Nicole Bernier - Inscrite 28 juillet 2014 09 h 14

    Est-ce normal d'associer des accusations d'homicide involontaire quand les conditions météorologiques sont en cause dans l'écrasement d'un avion? Je suis un peu surpris...

    D'autant plus que l'armée française est très active dans cette région du monde contre les autochtones qui revendiquent leur autonomie (leader de leur gouvernement élu a été assassiné et les Français occupent ce territoire comme les Américains l'ont fait en Iraq et en Afghanistan)...n'est-ce pas un leadership trop partial pour connaître la vérité?

  • Georges LeSueur - Inscrit 28 juillet 2014 12 h 21

    Mise au point

    À Nicole Bernier
    Les accusations d'homicide involontaire sont automatiques dès que les circonstances d'un grave accident prêtent à un questionnement. L'avion a été pulvérisé dans une zone frontière d'un pays sujet à des troubles.
    Le Mali avait précédé la France dans ces accusations aysnt provoqué la mort de 54 Français. D'où le choix du pays pour l'analyse des boites noires.

    Comparer l'action de la France avec celle des E-unis dénote une méconnaissance des situations respectives.
    L'Algérie était territoire Français de longue date, et les Algériens avaient la nationalité française avant la guerre d'indépendance. Et nombre de ceux-ci ont fait souche en France. Les liens entre ces deux pays ont retrouvé une collaboration dictée par les liens tissés, une fois les dissensions apaisées.

    Les E-unis ont envahi l'Irak et l'Afghanistan qu'ils ont bombardé et occupé sous de faux prétextes. Aucun lien d'amitié et de coopération autre que militaire dans ces pays. Et j'imagine mal les frontières américaines ouvertes à leurs ressortissants ni voir des familles américaines s'installer en Irak ou en Afgahistan pour y vivre !

    • Nicole Bernier - Inscrite 29 juillet 2014 07 h 46

      Je m'excuse, M. Le Sueur, mais je parle de la bourgeoisie malienne et des Francais qui luttent contre les demandes du peuple et qui font la guerre àa leurs propres citoyens opprimés...


      Si vous ne comprenez pas que les Occidentaux poursuivent la colonisation des ressources premières des Africains avec la collaboration d'une petite élite africaine, c'est vous qui faisez la preuve de votre "méconnaissance des situations" en Afrique... L'armée française manifeste autant de violence que les Américains pour défendre leurs intérêts financiers et leur contrôle des ressources du Niger et du Mali...