Soudan: condamnée à mort, mais plus enchaînée

Des gardiens de prison ont retiré les chaînes entravant une Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour apostasie qui a récemment accouché en prison. Le cas de Meriam Yahia Ibrahim Ishag, chrétienne de 27 ans, condamnée à mort par pendaison alors qu’elle était enceinte et qui a accouché d’une petite fille en prison 12 jours après le verdict, a soulevé un tollé international. «Ils ont retiré les chaînes» après l’accouchement, a annoncé un de ses avocats, Mohanad Mustafa. Il a précisé qu’il s’agissait d’un ordre du médecin. La loi soudanaise prévoit que tout condamné à mort doit être entravé.


 
1 commentaire
  • abderrahmane oucible - Inscrit 20 juin 2014 08 h 08

    Une manière de donner une fausse image

    Certains gouvernements comme celui du Soudan en question se pretend appliquer la loi islamique alors qu'il ne s'agit que d'un scénario pour desinformer l'opinion internationale en particulier l'occident. Mais le but principal des dirigeants de ce pays est d'assurer le maintien des rennes du pays et d'abuser du pouvoir. Seuls, ceux qui mènent le pouvoir peuvent se permettre la prostitution, les boissons alcooliques, le sadisme pratiqué à l'égard des femmes etc...,, soit vivre au royaume de mille et une nuits comme cela existe dans certains pays arabe.
    La poligamie n'est autorisée qu'exceptionnellement et avec des conditions. Son but c'est la prévoyance de la prostitution, mal qui est en cause de la majorité des guerres dans notre monde. Elle est pratiquement inexistante.
    En effet le vrai islam est contre toutes injustices quelles qu'elles soient et contre le terrorisme et malheureusement la plus grande majorité de la population mondiale ignore et continuerait à ignorer ce qu'est le vrai islam tant qu'elle ignore le moyen de communication : la langue originale du Saint Coran.