​L'Ouganda adopte sa loi controversée contre les homosexuels

Kampala — Le président de l'Ouganda a signé lundi un controversé projet de loi anti-gai qui prévoit des sanctions sévères pour des infractions homosexuelles.

L'Ouganda dit devoir lutter contre «l'impérialisme social» de l'Occident qui fait la promotion de l'homosexualité en Afrique.

Le président Yoweri Museveni a signé le projet de loi à sa résidence, en présence de représentants du gouvernement, de journalistes et de scientifiques ougandais — selon qui il n'y a aucune justification génétique à l'homosexualité — que le président a cités pour justifier son appui à la loi.

M. Museveni a ensuite accusé, sans les nommer, des groupes occidentaux de chercher à recruter des enfants ougandais pour en faire des homosexuels, ce qui serait à l'origine d'une demande locale pour la loi.

Le projet de loi est populaire en Ouganda, mais des groupes de défense des droits de la personne l'ont qualifié de draconien dans un pays où l'homosexualité est déjà illégale.

La loi punit les premières infractions de 14 ans de prison. Elle rend également passible de prison à vie les infractions qualifiées d'« homosexualité aggravée », à savoir de multiples relations homosexuelles entre adultes consentants ou une relation homosexuelle avec un mineur, une personne handicapée ou un partenaire infecté du VIH.

Le projet de loi proposait, à l'origine, la peine de mort pour certains gestes homosexuels, mais cette partie a été retirée à la suite de condamnations internationales.

Par Rodney Muhumuza
9 commentaires
  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 24 février 2014 10 h 27

    Désolant au max

    Que d'humanité dans cette loi qui a laisser tomber la peine de mort qui était à l'origine prévue pour certain. Ceux et celles qui hallucinent facilement en voyant le Diable partout se réjouiront surement de pareille loi. Désolant au max.

  • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 24 février 2014 12 h 04

    Impérialisme?

    Pour une marionnette occidentale, je trouve qu'il ne manque pas de culot de critiquer l'"impérialisme social". Rappelons que M. Museveni a été porté au pouvoir par la Grande-Bretagne et les États-Unis à l'état d'un coup d'État militaire suite aux dérives d'Idi Amin Dada et malgré le fait qu'il ait d'abord perdu les élections face à son prédécesseur.

    Museveni a également reçu l'aide des réfugiés tutsis, dont l'ignoble Paul Kagamé, qu'il aidera par la suite à envahir le Rwanda en fournissant l'aide de l'armée tout en prétendant qu'il s'agit d'une désertion. Museveni aide également au renversement de Mobutu Sésé Séko au Zaïre, avant de répudier son successeur et d'armer la rébellion, qui viole et pille les richesses de l'est du pays durant plus d'une décennie.

    S'opposer à l'impérialisme occidental, pour les tyrans de son espèce, signifie s'opposer à la montée du désir d'émancipation et d'autonomie pour valoriser plutôt les modes de pouvoir archaïques, patriarchaux et autocratiques, sous prétexte du respect de la tradition.

    • David Boudreau - Inscrit 24 février 2014 16 h 51

      Quand vous dites " modes de pouvoir archaïque, patriarchaux et autocratiques " n'entendez-vous pas résonner l'écho de la religion? En effet, selon le reportage de La Presse, Mouseveni est un pieux chrétien évangéliste.

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 24 février 2014 18 h 57

      En effet, un mélange bien colonial d'attributs divins, d'atavismes tribaux et de paternalisme hérité. Avec un petit soupçon de rejet de l'occidentalisme, décrié comme porteur de vices, au profit d'une sacralisation de la tradition et le couronnement d'un bon berger. La religion est dans ce cas plus un instrument qu'une cause de la dictature. Comme partout, peut-être.

  • Josette Allard - Inscrite 24 février 2014 12 h 49

    Homophobie ougandaise

    Arriérés. C'est tout ce qu'on peut en dire.

  • Benoît Gagnon - Inscrit 24 février 2014 13 h 04

    Mauvaise blague

    "des groupes occidentaux de chercher à recruter des enfants ougandais pour en faire des homosexuels"

    Ça sonne comme le début d'une mauvaise blague tellement ça n'a aucun sens.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 24 février 2014 14 h 11

      Ben, ce n'est pas tellement pire que Poutine qui dit aux homosexuels de laisser les enfants tranquilles et parle de propagande homosexuelle quand il sait très bien qu'il s'agit de la défense de leurs droits, qui ne sont en fait que les droits de l'Homme tout court.

      D'ailleurs, il y a tout de même quelque chose de facscinant dans cette chasse aux dits homosexuels, c'est que pour ces dictateurs, ces tordus, l'homosexualité est uniquement masculine: on a beau lire, écouter tout ce qui se dit là-dessus, invariablement ce sont les hommes qui sont assassinés, pourchassés et qui se défendent, à 95% sûrement.

      Étrange, tout de même...

      Mais plus grave est un autre aspect de l'Afrique noire... peut-être pas si différent. Je m'engage ici sur un terrain glissant, mais tout de même...

      Mon impression est que les pires dictatures dans le sens de plus violente, qui se succèdent et versent parfois dans le génocide, ou d'autres plus baroques au niveau idéologique, comme ce roi qui dit que la solution au Sida c'est la virginité des des filles et en épouse une chanque année lors manifestations... consacrées à ce sujet, ces dictatures donc, sont celles de l'Afrique noire, justement. Mon impression est aussi que cela est une conséquence de la colonisation, blanche bien sûr, et que prenant le pouvoir ses dictateurs se considèrent comme blancs et ont à ce titre tous les droits, un pouvoir total... illimité. Mon amie Tunisienne m'a dit un jour que les Noirs étaient méprisés partout dans le monde (on n'a qu'a penser, en plus de tout le reste, à ce qui s'est passé en Lybie après la révolte et la mort de Kadafi... Pourquoi cela serait-il différent pour ceux qui se croient blancs? Blancs en dedans.

      En tous cas, comme l'a si bien écrit... et là j'hésite, Richard Desjardins? - "Qu'est-ce que l'bon Dieu a cont' l'Afrique?".

  • Annie-Ève Collin - Inscrite 24 février 2014 15 h 27

    Elle est bonne celle-là

    "Il n'y a pas de justification génétique à l'homosexualité." Elle est bonne celle-là ! C'est quoi ça, une justification génétique ?