Sahel: 20 millions de personnes sont menacées par la famine

Le Niger est un des pays où la famine pourrait frapper.
Photo: Agence France-Presse (photo) Boureima Hama Le Niger est un des pays où la famine pourrait frapper.

Plus de 20 millions de personnes menacés par la famine ou la malnutrition au Sahel. Pour faire face à cette situation, l’ONU et ses partenaires ont lancé lundi à Rome un plan pour obtenir deux milliards de dollars en 2014.

 

« Jamais autant d’êtres humains au Sahel n’ont été à risque, et l’ampleur de leurs besoins est si colossale qu’aucune organisation, à elle seule, ne peut prétendre les affronter », a déclaré la coordonnatrice des secours d’urgence de l’ONU, Valérie Amos lors d’une réunion organisée à Rome.

 

Neuf pays sont concernés : Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad.

 

Quelque 20 millions de personnes sont actuellement « menacées par l’insécurité alimentaire »au Sahel, et 2,5 millions d’entre elles ont besoin de « secours alimentaires d’urgence », a précisé l’ONU à Rome, où les organisations onusiennes en charge de l’alimentation et l’agriculture ont leur siège.

 

En outre, la violence et l’insécurité ont contraint 1,2 million d’habitants à abandonner leurs logements, entraînant des déplacements internes prolongés et une véritable crise de réfugiés.

 

« Notre priorité la plus urgente est de faire en sorte que les agriculteurs du Sahel puissent mener à bien la campagne de semis qui se déroulera au cours des prochaines semaines, en leur fournissant rapidement des intrants agricoles » (engrais, matériels, etc..), a expliqué le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva.

 

Avec le concours des gouvernements nationaux et des partenaires, la FAO travaille à la production de variétés de semences de qualité, la restauration des terres agricoles dégradées, la conservation de l’eau de pluie et le soutien à l’irrigation à petite échelle.

 

La légère amélioration de la production vivrière en 2013 n’a pas suffi à couvrir la croissance démographique de la région, tandis que les prix élevés sur la plupart des marchés ne font qu’aggraver le manque d’accès à la nourriture.

 

« La situation requiert une intervention humanitaire rapide et de grande envergure dans la quasi-totalité des pays du Sahel », a souligné Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de la coopération internationale, selon laquelle la Commission européenne débloquera 142 millions d’euros en faveur de l’aide humanitaire en 2014.

 

En 2013, l’ONU avait sollicité pour le Sahel 1,7 milliard et en avait reçu 6 3 %.

À voir en vidéo