Égypte: Morsi veut poursuivre en justice les auteurs du coup d’État

Mohamed Morsi, le président destitué et arrêté par l’armée début juillet, va poursuivre les nouvelles autorités installées par les militaires et réclamer à la justice l’annulation de ce qu’il considère comme un « coup d’État », a annoncé son avocat mercredi.

 

Le premier chef de l’État élu démocratiquement en Égypte est emprisonné et jugé notamment pour incitation au meurtre de manifestants opposés à son gouvernement en 2012 alors que le gouvernement intérimaire mis en place et dirigé de facto par l’armée a lancé mi-août une implacable et sanglante répression visant ses partisans.

 

« Des plaintes seront déposées devant le procureur général pour démontrer que ce qui s’est passé est un crime », a déclaré son avocat. Des recours seront également déposés devant la justice administrative pour faire « annuler l’action conduite par le général Abdel Fattah al-Sissi », a-t-il conclu

 

Le général Sissi, commandant en chef de l’armée, vice-premier ministre et ministre de la Défense, est considéré comme le nouvel homme fort du régime.

 

Par ailleurs, un tribunal égyptien a condamné 12 partisans de Mohamed Morsi à 17 ans de prison chacun pour avoir pris part à des actions violentes de protestation, ont indiqué mercredi des médias officiels.

 

L’agence de presse officielle MENA a annoncé que les manifestants étaient accusés d’avoir attaqué le siège du prestigieux centre d’études islamiques al-Azhar lors de manifestations violentes.

À voir en vidéo