Les milices s’affrontent à Tripoli

Tripoli – Le gouvernement libyen a condamné vendredi les combats entre milices ayant fait la veille deux morts en plein centre de Tripoli, énième illustration du chaos qui règne toujours dans le pays, deux ans après la chute du régime de Kadhafi.

 

« La situation devient de plus en plus critique », a déploré un diplomate, tandis que quatre ambassades occidentales à Tripoli ont publié un communiqué conjoint réitérant leur soutien « aux institutions politiques élues », qui peinent à remettre sur pied l’armée et la police, et donc imposer leur autorité.

 

Deux ans après la mort de Mouammar Kadhafi et la chute de son régime, les milices font la loi en Libye.

 

Jeudi soir, elles se sont affrontées dans plusieurs quartiers du centre-ville pour venger la mort du chef d’une d’entre elles, terrorisant les Tripolitains, des balles perdues atterrissant même dans plusieurs habitations.

 

Des miliciens venus de Misrata (à l’est de Tripoli) à bord de véhicules équipés de canons antiaériens se sont dirigés vers Soug al-Jomaa, dans la capitale, pour venger leur chef tué à un barrage tenu par une brigade d’ex-rebelles de ce quartier.

 

« Deux personnes ont été tuées et 29 autres ont été blessées, la plupart […] ayant quitté les hôpitaux », a indiqué un porte-parole du ministère de la Santé.

À voir en vidéo