Les deux Soudans discutent de leur contentieux

Les présidents soudanais, Omar al-Béchir, et sud-soudanais, Salva Kiir, ont eu des entretiens « fructueux » mardi à Juba, sur les sujets persistants de discorde entre leurs deux pays mais n’ont rien annoncé de concret, notamment concernant les tensions autour de la zone frontalière d’Abyei.

 

L’avenir d’Abyei, revendiquée par les deux pays, cristallise les tensions qui persistent entre les deux voisins, plus de deux ans après la partition du Soudan en juillet 2011, notamment autour de la question pétrolière et des accusations mutuelles de soutien à divers groupes armés.

 

« Nous sommes prêts à fournir l’effort supplémentaire pour faire la paix avec le Soudan », a assuré M. Kiir à son homologue soudanais, son ancien ennemi des deux décennies de guerre civile meurtrière (1983-2005) entre la rébellion sudiste et le régime de Khartoum.

 

« L’entrevue avec mon frère Salva Kiir a été fructueux. Nous allons faire en sorte que toutes les questions en suspens soient réglées », a affirmé, sans autre détail, M. Béchir qui effectuait - après un premier déplacement en avril - sa deuxième visite à Juba depuis la proclamation de l’indépendance du Soudan du Sud.

 

Aucune avancée tangible n’a notamment été annoncée sur Abyei, présentée comme « l’un des principaux sujets sur la table » mardi et malgré l’appel la veille de l’Union africaine (UA) aux deux chefs d’État à « saisir l’opportunité de leur sommet pour prendre des mesures concrètes » concernant la région.

 

L’UA et l’ONU s’inquiètent de l’annonce, vendredi, par la communauté autochtone Ngok Dinka, population sédentaire de la région et branche de l’ethnie Dinka majoritaire au Soudan du Sud, de son intention d’organiser son propre référendum d’autodétermination à Abyei.

 

Une décision susceptible d’attiser les tensions, localement, entre les Ngok Dinka et la communauté arabophone et semi-nomade Misseriya, qui va et vient entre le Soudan et Abyei avec ses troupeaux et est favorable à un rattachement à Khartoum de la région, mais aussi entre Khartoum et Juba.