Crise égyptienne - Gaz lacrymogènes contre les pro-Morsi

Le Caire — La police égyptienne a utilisé des gaz lacrymogènes mardi pour disperser des centaines de partisans du président islamiste déchu Mohammed Morsi qui s’étaient rassemblés devant plusieurs édifices gouvernementaux au Caire.

 

Une personne a trouvé la mort dans ces affrontements. Des membres des forces de l’ordre et des témoins affirment que la violence a éclaté quand les Frères musulmans, qui réclament le retour au pouvoir de M. Morsi, ont tenté de pénétrer dans les locaux du ministère de l’Intérieur, où certains de leurs membres seraient détenus.

 

Les manifestants ont lancé des pierres aux policiers qui se sont interposés. Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes, puis des résidants se sont ralliés à la police et ont commencé à lancer des pierres aux partisans des Frères musulmans.

 

Lundi, le gouvernement avait annoncé qu’il reportait à plus tard son intention de démanteler deux manifestations assises organisées au Caire par le mouvement islamiste.

 

Ce bras de fer avec le pouvoir, installé par l’armée, qui s’est engagé à vider les places Rabaa al-Adawiya et Nahda des milliers d’islamistes y campant depuis plus d’un mois avec femmes et enfants inquiète la communauté internationale, qui redoute un nouveau bain de sang.

 

Depuis l’expiration dimanche d’un ultimatum de la police, les islamistes multiplient les appels à défiler à travers l’Égypte pour maintenir la pression sur les nouvelles autorités et exiger le retour au pouvoir de M. Morsi, premier président élu démocratiquement du pays, destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet.


Avec l'Agence France-Presse

À voir en vidéo