Présidentielle malienne - Un second tour opposera Cissé à Keïta

L’ancien premier ministre, Ibrahim Boubacar Keïta
Photo: Agence France-Presse (photo) Habibou Kouyate L’ancien premier ministre, Ibrahim Boubacar Keïta

Bamako — Un second tour de la présidentielle au Mali opposera Ibrahim Boubacar Keïta, cacique de la vie politique arrivé largement en tête du premier tour du 28 juillet avec 39,2 % des voix, à Soumaïla Cissé, économiste qui a obtenu 19,4 %, selon les résultats officiels publiés vendredi.

 

Ce second tour doit avoir lieu le 11 août, ce qui laisse à peine neuf jours aux deux candidats pour mener leur campagne dans un pays qui a été déstabilisé par un an et demi de crise politico-militaire.

 

Le candidat du plus grand parti malien, l’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), Dramane Dembélé, arrive en troisième position avec près de 9,6 %, selon le ministre de l’Administration territoriale (Intérieur), le colonel Moussa Sinko Coulibaly.

 

Le quatrième, Modibo Sidibé, un ancien premier ministre comme Ibrahim Boubacar Keïta, obtient près de 4,9 % des suffrages. Et les 24 autres candidats du premier tour - y compris l’un qui s’était retiré de la course avant le scrutin - se partagent les voix restantes.

 

Le taux de participation est de 51,5 %, exceptionnel pour le Mali où la participation à ce type de scrutin n’avait jamais dépassé 38 %, mais plus de 403 000 bulletins ont été déclarés nuls. « Je ne suis pas content ! Ils ont magouillé, il n’y aurait pas û y avoir de deuxième tour. 400000 bulletins nuls, ce n’est pas normal », a affirmé Hamadou Maïga, partisan d’Ibrahim Boubacar Keïta.

 

Hadi Thiam, partisan de Soumaïla Cissé, s’est, lui, montré confiant dans la victoire au second tour. « Avec […] les 19,4 %, on a confiance. Avec nos alliés, on est sûr de remporter le deuxième tour », a-t-il dit.

 

L’annonce d’un second tour devrait apaiser et rassurer les partisans de Soumaïla Cissé car, en dépit de son avance de 20 points, une victoire au second tour d’Ibrahim Boubacar Keïta, dit IBK, est loin d’être acquise.

 

La logique voudrait que les voix de Dramane Dembélé et Modibo Sidibé, soit 14,5 %, se reportent sur Soumaïla Cissé.

 

Ce dernier est, comme eux, membre du Front pour la démocratie et la République (FDR), coalition de partis et de mouvements de la société civile créée après le coup d’État du 22 mars 2012 qui avait précipité la chute du nord du Mali aux mains de groupes jihadistes.

 

Tout dépendra également des consignes de vote des autres candidats au premier tour qui représentent au total plus du quart des votants.

 

À Abidjan, où il est venu remercier Alassane Ouattara, chef de l’État ivoirien et président en exercice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) de son soutien, Diango Cissoko, premier ministre malien de transition, a dit espérer qu’après le second tour, « la République du Mali sera entièrement sortie de cette crise ».