Sept touristes français, dont quatre enfants, enlevés dans le nord du Cameroun

Paris — Sept Français membres d'une même famille, dont quatre enfants, ont été enlevés mardi dans le nord du Cameroun, et des responsables ont laissé entendre que des extrémistes de la secte nigériane Boko Haram pourraient en être responsables.

Les détails de l'enlèvement restent confus pour l'instant. Mais le président François Hollande, en visite en Grèce, a souligné que la France était engagée dans une opération militaire pour déloger les extrémistes du nord du Mali. Les terroristes «ne sont pas seulement présents au Mali», a-t-il dit.

M. Hollande a conseillé aux citoyens français présents dans la région de ne pas se placer dans des situations risquées.

Selon un responsable français proche de l'ambassade de France au Cameroun, les otages auraient été emmenés au Nigeria, où un groupe extrémiste peu connu, appelé Ansaru, a revendiqué lundi la responsabilité de l'enlèvement de sept autres étrangers.

La secte Boko Haram, un nom qui signifie «l'éducation occidentale est un péché», a lancé une campagne de guérilla à travers le nord du Nigeria, à majorité musulmane. Le groupe est tenu responsable de la mort d'au moins 792 personnes l'an dernier seulement, selon un décompte de l'Associated Press.

Boko Haram aurait des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique, un groupe algérien qui a ouvert un front dans le nord du Mali.

«Si tout est confirmé, cela signifie que la lutte contre les groupes terroristes est une nécessité», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à Paris. «La communauté internationale doit mener une bataille contre les groupes terroristes et les narco-terroristes.»

Avec ce nouvel enlèvement, il y a maintenant 15 Français retenus en otages en Afrique de l'Ouest. Un Français est détenu au Nigeria et sept autres se trouveraient dans le nord du Mali.



À voir en vidéo