En bref - Ouganda: l'homosexualité ne sera pas punissable de mort

Kampala — La peine de mort ne figurera plus parmi les sanctions prévues par une proposition décriée de nouvelle loi anti-homosexualité en Ouganda, où les pratiques homosexuelles sont déjà passibles de lourdes peines, a annoncé l'auteur du texte, qui retirera aussi d'autres clauses controversées.

Cette proposition de loi, sévèrement critiquée par les organisations de défense des droits de l'Homme et des pays tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, continue néanmoins de durcir la législation, notamment en punissant sévèrement la «promotion» de l'homosexualité. «Il n'y aura pas de peine de mort du tout [...] cela va être retiré», a déclaré à l'AFP David Bahati, le député à l'origine de cette proposition déposée pour la première fois en 2009. Déjà inscrite à l'ordre du jour mi-2011, elle n'avait alors pas été débattue. Les États-Unis avaient à l'époque dénoncé un texte «odieux» et Amnesty International avait appelé les députés ougandais à «ne pas légaliser la haine». L'homosexualité est déjà illégale en Ouganda, dont le code pénal punit de prison à perpétuité les actes sexuels «contre nature».
 
1 commentaire
  • Jeannot Vachon - Inscrit 11 février 2012 16 h 38

    Ouganda ou Canada?

    Encore 10 ans de gouvernement Harper et voilà un titre qu'on pourrait lire ici même. Notre société régresse de pus en plus. La majorité apprécie souvent les mesures pour réprimer les minorités.

    Et quand la majorité parlementaire est acquise avec une minorité de citoyens qui n'ont plus rien à dire pour les quatre prochaines années, c'est d'autant plus dangereux.