Les rebelles entrent dans Tripoli

Tripoli — Un leader des troupes rebelles libyennes a annoncé dimanche l'arrestation d'un fils de Mouammar Kadhafi, Seil al-Islam. Sidiq al-Kibir, du Comité national de transition (CNT), a confirmé l'arrestation à l'Associated Press mais n'en a pas précisé les circonstances.

Par ailleurs, les jours du régime Khadafi paraissent de plus en plus comptés. Les rebelles sont parvenus à pénéter dans la capitale, ne rencontrant que peu de résistance sur leur chemin.

Plus tôt dimanche, plusieurs centaines d'insurgés libyens étaient arrivés dans les faubourgs de l'ouest de Tripoli sans rencontrer aucune résistance après s'être emparés d'une grande base militaire qui défendait la capitale.

Des journalistes de l'Associated Press se déplaçant avec les rebelles ont constaté qu'ils avaient atteint le faubourg de Janzour vers la tombée de la nuit dimanche. Ils ont été accueillis par des civils qui agitaient des drapeaux de la rébellion à leur passage dans les rues.

Quelques heures auparavant, ces mêmes forces avaient chassé à l'issue d'une brève bataille la Brigade d'élite de Khamis, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, de sa base située à quelque 25 km à l'ouest de Tripoli. Ils ont entassé dans leurs camions armes et munitions trouvés sur place et ont repris la route pour foncer sur la capitale, bastion du colonel Kadhafi au pouvoir depuis 1969.

À Tripoli même, des affrontements se déroulaient pour le deuxième jour consécutif entre ce que les forces kadhafistes et ce que l'opposition qualifie de «cellules dormantes», tandis que de grandes manifestations étaient signalées dans des quartiers acquis à l'insurrection.

Après six mois de guerre civile, les rebelles semblaient prendre l'avantage, au lendemain de la chute de la ville-clef de Zaouïa, à l'ouest de Tripoli.

Des habitants ont signalé des accrochages dans tout Tripoli ainsi qu'à l'aéroport militaire de Mitiga. Ils ont fait état de fortes explosions, fusillades et grandes manifestations contre le régime dans les quartiers de Ben Achour, Fachloum et Tajoura. Par endroits, des milliers de personnes auraient manifesté alors que des tireurs faisaient feu depuis des bâtiments élevés.

Mokhtar Lahab, l'un des commandants rebelles et ancien capitaine de l'armée de Kadhafi, a dit savoir par des proches à Tripoli que des manifestations massives se déroulaient aussi dans les quartiers de Souk el-Jouma et Janzour et que les mosquées rameutaient les habitants aux cris d'«Allah est grand» lancés par les haut-parleurs.

À voir en vidéo