En bref - Mutharika reste

Blantyre — Le président du Malawi, Bingu wa Mutharika, a affirmé qu'il ne quitterait pas le pouvoir et a fait déployer l'armée dans sa capitale Lilongwe, hier, au lendemain d'émeutes antigouvernementales qui ont fait 18 morts, selon une source officielle. «Je continuerai à gouverner le pays», a déclaré le chef de l'État dans une allocution à la radio. «Comme la constitution le prévoit, l'autorité pour diriger le gouvernement est entre mes mains et entre celles de personne d'autre.»

Hier, de nouveaux rassemblements ont eu lieu à Lilongwe et Blantyre, la capitale économique du pays. Les magasins sont restés fermés, et la tension palpable toute la journée. Le Malawi, petit pays d'Afrique australe, souffre d'une pénurie de carburant depuis que le gouvernement, en juin, a pioché dans les réserves de change pour payer des importations. Jusqu'à 40 % des recettes budgétaires du Malawi, l'un des pays les plus pauvres du monde, proviennent de l'aide internationale, mais l'opposition accuse le président de faire fuir cette aide en raison de son «arrogance» et de sa mauvaise gestion.