Kadhafi menace de s'en prendre à l'Europe

Tripoli — Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a appelé hier ses partisans à reprendre aux rebelles les armes qui leur ont été larguées par la France dans la région du Djebel Nefoussa. Il a par ailleurs menacé de porter «la bataille à l'Europe» si l'OTAN ne mettait pas fin à sa campagne militaire en Libye.

«Marchez sur le Djebel et saisissez les armes qui ont été larguées par les Français. Si ensuite vous voulez pardonner [aux rebelles], c'est votre affaire», a lancé le colonel Kadhafi dans une allocution relayée par haut-parleurs à l'adresse de milliers de ses partisans présents sur la place Verte à Tripoli.

La France a admis pour la première fois mercredi qu'elle avait parachuté des armes aux rebelles libyens dans cette région montagneuse de Nefoussa située au sud de Tripoli, s'attirant des critiques de la Russie notamment.

Le colonel Kadhafi, qui parlait d'un lieu tenu secret, a en outre exhorté ses partisans à «marcher sur Misrata et la libérer pouce par pouce, sans recours aux armes». «Finissez la bataille rapidement», leur a-t-il dit. Située à l'est de Tripoli, Misrata est contrôlée depuis des semaines par les rebelles, qui ont affirmé début juin avoir repoussé plusieurs tentatives de forces loyales à Mouammar Kadhafi de reprendre la ville.

Le colonel Kadhafi a par ailleurs affirmé que les frappes de l'Otan en Libye n'étaient «d'aucune utilité». Il a conseillé à l'OTAN de discuter directement «avec le peuple libyen et les chefs des tribus» pour trouver à une issue à la situation en Libye.

S'adressant à l'Europe, il a lancé sous les applaudissements nourris de ses partisans et les rafales tirées en l'air que le peuple libyen était «capable de porter un jour la bataille à la Méditerranée et à l'Europe». «Il pourrait s'en prendre à vos foyers, vos bureaux et vos familles, qui deviendraient des cibles militaires légitimes puisque vous avez transformé nos bureaux, nos quartiers-généraux, nos maisons et nos enfants en cibles militaires que vous considérez comme légitimes», a-t-il ajouté à l'adresse des dirigeants européens.

La France a informé l'OTAN et le Conseil de sécurité de l'ONU de ses livraisons d'armes aux rebelles en Libye, a déclaré hier le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, lors d'une visite à Moscou.

«Nous nous situons exactement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité» de l'ONU, a estimé le ministre, interrogé sur les critiques russes au sujet de ces livraisons d'armes.