Réforme constitutionnelle - Les Marocains ont voté

Rabat — Les bureaux de vote pour le référendum constitutionnel qui doit limiter les pouvoirs du roi Mohammed VI du Maroc au profit du premier ministre, et dont l'issue positive est considérée comme acquise, ont fermé hier à 19h, selon les autorités.

Le taux de participation provisoire était de 70,62 % après le dépouillement des deux tiers des bureaux, a indiqué le ministère de l'Intérieur marocain, précisant que le vote s'est déroulé dans «une atmosphère de sérenité et de calme».

Les résultats préliminaires étaient attendus tard dans la soirée d'hier, mais il faudra attendre demain ou lundi pour les résultats définitifs. Ouvert à plus de 13 millions de Marocains, le scrutin s'est déroulé jusqu'au soir dans les 40 000 bureaux mis en place, y compris au Sahara occidental.

«Je suis venue spontanément, sans aucune contrainte, pour dire "oui" à l'appel du roi», a déclaré fièrement Halima Zaidi s'est rendue au bureau de vote de Sidi Moumen, un fief islamiste de Casablanca.. C'est de ce quartier pauvre de la ville qu'étaient issus les kamikazes qui ont perpétré le 16 mai 2003 un attentat provoquant la mort de 47 personnes.

«Je préfère ne pas dire si j'ai voté pour ou contre cette constitution, explique une femme voilée à la sortie d'un autre bureau de vote de ce quartier. J'ai voté selon ma conscience. L'essentiel c'est que j'ai voté»

Fuyant la canicule, de très nombreux Marocains se sont rendus sur les plages du littoral, a néanmoins constaté l'AFP.

Les opérations de vote dans le royaume se sont tenues sous la surveillance de 136 observateurs marocains appartenant à la société civile et placés sous la supervision du Conseil national des droits de l'homme (CNDH, officiel), a indiqué un responsable du ministère de la communication.

Les médias publics, la majorité des journaux, les principaux partis politiques, les grands syndicats et les mosquées du royaume ont invité à voter «oui» lors d'une courte campagne de 10 jours.

Le projet de Constitution vise à «consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale», avait déclaré Mohammed VI dans un discours adressé à la nation le 17 juin. Le premier ministre, issu du parti vainqueur aux élections, aura la possibilité de dissoudre la chambre des représentants, ce qui était du seul attribut du roi avant le projet de réformes, prévoit le texte.

Le Mouvement des jeunes contestataires du 20 février, qui revendique plus de 62 000 membres et qui est le porte-drapeau d'une mobilisation pacifique dans la rue, a appelé au boycottage.
4 commentaires
  • Farid Mnebhi - Inscrit 2 juillet 2011 06 h 11

    Le Maroc en mouvement

    Selon des résultats officiels, le taux de participation au référendum constitutionnel au Maroc s’élèverait à plus de 72% et le oui l’emporterait avec près de 98%. Cette consultation populaire, qui s’est déroulée dans le calme et la sérénité, a été suivie par plus de 500 journalistes nationaux et étrangers.Ce résultat constitue en conséquence une belle leçon de citoyenneté donnée par le peuple marocain au mouvement du 20 fév. Ainsi, ce 1er juillet 2011 restera éternellement un grand jour pour le peuple marocain. Unanimement, il s’est rendu librement aux bureaux de vote pour déposer son bulletin de vote sur le projet de réforme constitutionnelle. Une réforme constitutionnelle, qui constitue une évolution significative dans le sens d‘un approfondissement démocratique dans le cadre de la spécificité marocaine et qui prend en considération les grandes constantes de la nation marocaine et consacre l’exception marocaine et être, à court ou moyen terme, un exemple pour les autres pays de la région.Les citoyens marocains ont donc parfaitement compris que ce projet marque une avancée notable et historique en matière de démocratie.Pour toutes ces raisons, les citoyens marocains ont validé ce projet de réforme constitutionnelle.S’agissant du mouvement du 20 fév, il vient de recevoir, en ce 1er juillet 2011, une double volée monumentale, et en aller-retour s’il vous plait, pout être précis à la Terence Hill, et ses alliés visibles et invisibles également. Les marocains ont rejeté ce mouvement de la manière magistrale.Les Marocains ont donc, en ce 1er juillet 2011, écrit une nouvelle page de l’histoire de leur pays. Car la politique de la chaise vide, prônée par le mouvement du 20 février et d’autres groupuscules, n’est en fait qu’une fuite en avant. Les problèmes du Maroc ne peuvent être résolus par le boycott, aucun argument ne peut justifier une telle décision. Et ceux qui ont choisi de ne pa

  • lephilosophe - Inscrit 2 juillet 2011 07 h 56

    En réalité, il s'agit d'un échec de Mohammed VI

    98%! Qui peut encore croire à ces résultats. Ce sont des scores à la soviétique. D'abord, nous savions qu'en 2009 le recensement donnait 19 millions de personnes ayant plus de 19 ans. Il n'y avait que 12 millions d'inscrits. 7 millions de Marocains n'étaient pas sur les listes électorales. Le taux de participation à 72% laisse donc entendre que 72% de 66% d'électeurs inscrits, cela fait 47% des Marocains qui ont voté en faveur de la Réforme de la Constitution proposée il y a deux semaines dans un pays où les communications ne sont pas celles en vigueur au Canada. En réalité il s’agit d’un échec patent pour Mohammed VI, nonobstant les relais médiatiques dont il dispose à l’intérieur comme à l’étranger où sa Majesté est si utile pour maintenir une main d’œuvre à bon marché pour les Occidentaux.
    De plus, un certain nombre de Marocains qui ont voté en faveur de la réforme, tout en voulant davantage en réalité, qui considèrent que c'est quand même mieux que ce qu'il y a actuellement, mais il n’en demeure pas moins que la majorité réelle des Marocains a rejeté cette réforme puisque les opposants appelaient au boycott.
    J'espère que ces résultats galvaniseront l'opposition à la monarchie absolue qui règne depuis trop longtemps sur ce magnifique pays.

    Bernard Gadoua

  • lephilosophe - Inscrit 2 juillet 2011 21 h 22

    La langue de bois de la monarchie absolue

    @Farid Mnebhi

    «Ainsi, ce 1er juillet 2011 restera éternellement un grand jour pour le peuple marocain. Unanimement, il s’est rendu librement aux bureaux de vote pour déposer son bulletin de vote sur le projet de réforme constitutionnelle.»

    À lire ces deux seules phrases, comportant les adverbes «éternellement», «unanimement» et «librement», il y a tout lieu d'avoir des doutes sur le commanditaire d'un tel texte. Ce sont les adverbes utilisés par les seuls caciques du régime monarchique marocain. Ce langage ne saurait en aucun cas, même pour un citoyen ayant voté pour cette réforme constitutionnelle, provenir d'un citoyen ordinaire marocain qui est, en toute bonne foi, beaucoup plus circonspect sur «la réforme» constitutionnelle votée à la hâte, selon des procédés empruntés au gaullisme en regard duquel le père Hassan II était un ferveur admirateur. De même l'utilisation de «l'exception marocaine» nous rappelle les éloges de Antoine Sfeir des Cahiers de l'Orient et de Madame Fourest à l'égard de «l'exception tunisienne» pour défendre la «laïcité» du régime Ben Ali dont la chute s’est produite à peine quatre mois après leur plaidoyer.
    Les conclusions quant «à la volée» que vient de recevoir le Mouvement du 20 février, elles ne sont que de la poudre aux yeux pour journalistes peu curieux, et pour personnes qui ne savent pas compter le nombre de votes par rapport au nombre de personnes en âge de voter. Les Imazighen ont particulièrement boycotté le référendum nonobstant la reconnaissance du tamazigh comme langue officielle nationale, n'étant pas dupe du maintien de la domination arabo-musulmane de la monarchie... Le chiffre réel est de 47% en faveur de la Réforme. Le Mouvement du 20 février a le vent dans les voiles.

    Bernard Gadoua

  • Gravelon - Inscrit 3 juillet 2011 05 h 14

    98%?

    C'est une véritable farce. 98% de oui, une telle unanimité est impossible, même chez les troupeaux de moutons. je suis canadien actuellement en vacance au Maroc, je peux confirmer que les bureaux de vote étaient déserts. Pour plusieurs marocians avec qui j'ai discuté, les dés étaient pipés d'avance. Qui de plus, on a demandé à un pays où 60% des gens sont analphabètes de voter oui à une constitution qui fonde le pays, en leur laissant seulement 10 jours pour en prendre connaissance. Ce referendum est un simulacre de démocratie. La nouvelle constitution, à part quelques changements cosmétiques, confirme la suprématie de la monarchie, et l'incapacité des dirigeants actuels de répondre aux revendications populaires. Bref ça ne s'annonce pas bien. Ce pays dont on a vanté le caractère pacifique risque à terme de sombrer dans la violence à cause de l'autisme dont souffrent ses dirigeants.
    Du reste, comment aurait-on pu croire que des gens au pouvoir initieraient des processus par lesquels ils perdraient ce pouvoir, çca ne s'est jamais vu dans l'histoire de l'humanité. Le changement arrive toujours par un jeu de rapport de force.