La police réprime une manifestation pacifique au Maroc

Rabat — Plusieurs dizaines de manifestants réclamant des réformes au Maroc ont été blessés hier après la dispersion par des policiers antiémeute d'un rassemblement à Casablanca, ont rapporté des protestataires.

Plusieurs centaines de Marocains s'étaient rassemblés sur la place du roi Mohamed dans la capitale économique pour une manifestation en tous points semblable, selon ses organisateurs, à celles tenues une fois par semaine depuis le mois de février.

«C'était un rassemblement pacifique. Nous ne savons pas pourquoi les policiers se sont attaqués à une protestation pacifique», a déploré Ghizlaine Benameur, une militante de l'opposition présente sur les lieux et jointe au téléphone par l'agence Reuters. «Il s'est agi de la plus violente intervention [policière] depuis les premiers rassemblements en février».

Deux Casablancais ont confirmé que les policiers avaient joué de la matraque pour disperser les manifestants. «Je vis dans le centre-ville, on se croirait en état de siège», a témoigné un habitant sous le sceau de l'anonymat.

Ahmed Meddiani, l'un des manifestants brièvement interpellés hier, a déclaré que la dispersion du rassemblement par les forces de l'ordre avait fait des blessés. «Des dizaines de protestataires se sont retrouvés avec des côtes cassées, des bras fracturés et des concussions à la tête», a-t-il dit.

Les autorités n'étaient pas disponibles pour le moment aux ministères de la Communication ou l'Intérieur pour commenter l'information.

Mercredi, le roi Mohamed VI a annoncé une série de réformes, dont la création d'une commission chargée de proposer un projet de réforme de la Constitution élargissant les prérogatives des responsables élus.

Cette réforme de la Loi fondamentale sera soumise à référendum.

L'opposition de gauche et le mouvement islamiste interdit Justice et Charité ont fait savoir que ces propositions ne répondaient pas à leurs attentes. Ils demandent que le roi règne sans gouverner, renvoie le gouvernement et dissolve le Parlement.

Le Maroc est une monarchie constitutionnelle où le roi, par ailleurs «Commandeur des croyants», dispose de larges pouvoirs, dont celui de dissoudre le Parlement, de décréter l'état d'urgence et de choisir le premier ministre.
 
2 commentaires
  • Farid Mnebhi - Inscrit 14 mars 2011 09 h 21

    Les raisons de la Manifestation de Casablanca

    Quelles conclusions en tirer de cet incident ?
    A mon humble avis, il me semble que : 1/ suite au discours royal annonçant une réforme de la constitution, les éléments extrémistes se sont vus privés du moyen de propagande qu'est le mouvement du 20 février, pour diffuser leurs messages d’intolérance religieuse, de rejet des droits élémentaires humains et de l'émancipation de la femme et d’opposition Occident-Orient. 2/ le mouvement du 20 février, infiltrés par les extrémistes islamistes, les gauchistes radicaux et les anarchistes, a pour seul objectif, inavoué celui-ci, de semer le chaos au Maroc, de ramener le pays à plus de 50 ans en arrière et de détruire ce qui a été bâti en matière de droits humains, de démocratie et de développement et d’imposer au peuple marocain une vision idéologique de gouvernance nihiliste contraire à la tradition politique nationale.
    3/ la manifestation d’aujourd’hui constitue également la preuve que les mouvements extrémistes islamistes et gauchistes ont réussi un hold up parfait sur ce mouvement qu'ils utilisent pour faire passer leurs messages sectaires et antidémocratiques dénués de toutes tolérances, religieuse, politique, idéologique, ethnique et raciale.
    En vous demandant sa publication et sa diffususion.
    Farid Mnebhi

  • Gravelon - Inscrit 14 mars 2011 10 h 40

    L'Épouvantail

    Cessez d,agiter l'épouvantail islamique à tout bout de champs, dépassé et éculé comme argument. Les citoyens marocains ont manifesté parce que les propositions de leur roi n'ont pas répondu à leurs revendications. Celui-ci propose quelques aménagements cosmétiques, gonflés par des jovialistes, mais garde l'essentiel des pouvoirs entre ses mains et celle de sa clique. Les marocains réclament la fin de la mainmise arbitraire du palais sur la vie politique, l'éradication de la corruption institutionnalisées et organisée à partir du plais royal, la lutte contre les inégalités indécentes qui existent dans le pays, l'amélioration de la qualité de vie en général. Apparemment, les dirigeants arabes (y compris le roi du maroc) ne comprennent pas encore le message de leurs peuples, et c'est ce qui va faire leurs pertes. Si la monarchie au Maroc veut se perréniser, lelle devrait apporter des changements significatifs allant dans le sens des revendications populaires, autrement, le roi devrait se choisir une destination pendant qu'il en encore le temps.