Sud-Soudan - Certains secteurs affichent un taux de participation supérieur à 100 %

Juba — Des résultats préliminaires du référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan indiquent que l'option de la sécession l'emporte de façon écrasante, mais le taux de participation a dépassé 100 % dans certains secteurs, et un haut responsable électoral a déclaré hier que certains résultats étaient retenus.

Le taux de participation a dépassé 100 % dans 10 des 79 circonscriptions du Sud, selon une analyse effectuée par l'Associated Press en utilisant des informations du site Internet de la Commission référendaire du Sud-Soudan. Dans le comté de Bor, dans l'État de Jonglei, le nombre de votes a dépassé de 720 le nombre d'électeurs enregistrés.

La commission a rapporté sur son site Web qu'après avoir dépouillé presque toutes les voix, 98,8 % des électeurs qui avaient voté lors du référendum tenu du 9 au 15 janvier avaient choisi la sécession.

Bien que ce résultat soit spectaculaire, des responsables internationaux ont prédit pendant des mois que le Sud voterait en faveur de la séparation, et même des responsables du Nord-Soudan ont admis que le Sud déciderait de faire sécession.

Le nombre de votes en trop dans les 10 comtés varie entre 3 et 720, a découvert l'analyse de l'Associated Press.

Le juge Chan Reect Madut, qui dirige le bureau du sud de la commission référendaire, a déclaré que les résultats de bureaux ayant enregistré un taux de participation dépassant 105 % seraient retenus. Il a cependant déclaré que même si la commission rejetait les votes des comtés où les votes en trop ont été enregistrés, «la tendance est claire», ce qui signifie que le Sud a voté pour la séparation.

Des observateurs internationaux du référendum, de la Ligue arabe au Carter Center, aux États-Unis, ont généralement encensé le processus référendaire, le qualifiant de crédible, selon les normes internationales et la volonté représentative du peuple.

M. Madut a précisé que des enquêtes sur les résultats retenus de 33 bureaux de scrutin étaient en cours. Plus de 2600 de ces bureaux ont été installés au Soudan.

«Il n'y aura pas de problème, je crois, mais nous voulons effectuer un travail qui satisfait notre propre conscience», a dit le magistrat.

Le Sud-Soudan risque de devenir le plus récent pays sur la planète en juillet si le processus référendaire demeure sur les rails. Des questions touchant les droits pétroliers, le tracé des frontières et les droits de citoyenneté doivent encore être réglées entre le Nord et le Sud.

Les résultats finaux du référendum doivent être annoncés en février.