En bref - Béchir veut la charia au Soudan

Khartoum — Le Soudan se dotera d'une Constitution respectant parfaitement la loi islamique en cas de sécession du sud du pays, a déclaré hier le président Omar Hassan el Béchir. «Si le Sud-Soudan fait sécession, nous modifierons la Constitution et il ne sera alors plus question de parler de diversité culturelle et ethnique», a-t-il dit à ses partisans lors d'un rassemblement à Gedaref, dans l'est du pays.

«La charia et l'islam seront les principales sources d'inspiration de la Constitution, l'islam, la religion officielle, et l'arabe la langue officielle», a-t-il ajouté. Le Sud-Soudan, majoritairement chrétien et animiste, doit se prononcer sur son avenir le 9 janvier à l'occasion d'un référendum d'autodétermination. Il devrait se séparer du nord du pays, essentiellement musulman, au terme de la consultation qui durera une semaine. Hassan el Béchir a aussi défendu la flagellation en public des femmes, comme sur une vidéo diffusée sur le site YouTube montrant un policier donnant des coups de fouet à une femme agenouillée. «Si elle est fouettée conformément à la charia, il n'y a pas lieu de faire une enquête. Pourquoi certaines personnes s'offusquent-elles? C'est la charia», a-t-il dit.