Le tiers des hommes de Johannesburg sont des violeurs, affirme une étude

Johannesburg —- Plus du tiers des hommes vivant dans la province sud-africaine du Gauteng, qui inclut Johannesburg et Pretoria, ont commis au moins un viol dans leur vie et près de 7 % ont participé à un viol collectif, selon une étude transmise hier à l'AFP.

«Quelque 37 % des hommes interrogés ont admis avoir commis au moins un viol dans leur vie», selon l'étude du Conseil de la recherche médicale (MRC), réalisée auprès de 511 femmes et 487 hommes vivant dans le Gauteng.

Près de 15 % de l'échantillon masculin ont reconnu avoir forcé une femme à avoir une relation sexuelle quand elle était trop ivre ou droguée pour refuser et 6,9 % ont dit avoir participé à un viol collectif.

Plus largement, plus des trois quarts des hommes ont avoué avoir pratiqué des violences — psychologiques, économiques, physiques ou sexuelles — sur des femmes au cours de leur vie.

«Dans quasiment tous les cas abordés, les hommes ont été plus loin que les femmes» dans l'aveu des violences. Ainsi, seul un quart des femmes interrogées ont reconnu avoir été violées et la moitié victimes de violences.

Cette difficulté à se présenter comme victime explique aussi que seules 3,9 % des femmes ayant reconnu avoir été violées ont déposé plainte auprès de la police.

L'étude du MRC fait suite à une précédente étude, publiée en juin 2009, qui portait sur l'ensemble du pays et n'avait interrogé que des hommes. Plus du quart des sondés avaient alors reconnu avoir commis au moins un viol dans leur vie.

«Le niveau était tellement élevé dans la première étude que nous ne pensions pas trouver pire», a commenté Rachel Jewkes, l'une des auteurs du rapport.

L'Afrique du Sud souffre généralement d'une criminalité record, avec 46 homicides par jour. C'est également le pays au monde comptant le plus de séropositifs avec 5,6 de ses 48 millions d'habitants porteurs du virus.