Israël construit une barrière à sa frontière avec l'Égypte

Les travaux de construction de la nouvelle barrière ont débuté près d’Eïlat.<br />
Photo: Agence Reuters Amir Cohen Les travaux de construction de la nouvelle barrière ont débuté près d’Eïlat.

Jérusalem — Israël a entamé hier la construction d'une barrière à sa frontière avec l'Égypte afin de freiner l'immigration clandestine et la contrebande d'armes ou de drogue, a annoncé le ministère de la Défense.

La frontière israélo-égyptienne s'étend de la bande de Gaza, au nord, à la station balnéaire israélienne d'Eïlat, sur la mer Rouge au sud. La majeure partie de cette frontière est ouverte, surveillée par des patrouilles et parsemée de miradors.

La péninsule désertique du Sinaï est utilisée comme voie de transit par les migrants africains qui cherchent du travail ou l'asile en Israël. Ils sont généralement conduits vers la frontière par des Bédouins, contre rémunération. Vingt-huit migrants au moins ont été abattus cette année par les gardes-frontières égyptiens avant d'avoir pu pénétrer en Israël.

«Nous travaillons à la sécurisation de 140 des 250 km de frontière. Il y aura à la fois une barrière physique et des outils de détection électroniques», a déclaré Udi Shani, un responsable du ministère de la Défense, aux parlementaires.

Des bulldozers ont entamé des travaux de terrassement sur plusieurs secteurs de la frontière. Il faudra environ un an pour achever ce chantier, évalué à 1,35 milliard de shekels (environ 300 millions $), a estimé le ministère. Le coût serait porté à environ quatre milliards de shekels si toute la frontière devait être sécurisée, ce qui nécessiterait en outre l'aval du gouvernement.

Par ailleurs, le Parlement israélien a voté hier en faveur d'une proposition de loi controversée imposant un référendum avant tout retrait du plateau syrien du Golan et de Jérusalem-Est, imposant ainsi un préalable à la conclusion de tout traité de paix avec la Syrie et les Palestiniens.

Ce texte devenu loi, déposé par Yariv Levin, un député du Likoud (droite), le parti du premier ministre Benjamin Nétanyahou, stipule qu'un référendum national devra être organisé avant l'application de tout accord prévoyant un retrait de n'importe quel territoire annexé par Israël. Il prévoit toutefois que la consultation populaire ne sera pas nécessaire si une majorité qualifiée des deux tiers (80 députés sur 120) se prononce pour un retrait dans le cadre d'éventuels accords avec la Syrie ou les Palestiniens.

Sitôt le vote terminé, le premier ministre israélien, actuellement engagé dans de laborieuses tentatives de relance des pourparlers avec l'Autorité palestinienne, s'est félicité de l'adoption de la loi.

***

Avec Reuters
3 commentaires
  • Duchêne Denys Mehdi - Inscrit 23 novembre 2010 07 h 13

    L'histoire se répète.

    Il y avait le Mur de Berlin, et tout le monde s,est réjoui de sa disparition. Idem pour la muraille qui entourait le ghetto de Varsovie. Maintenant il n'y a jamais eu autant de murs de construits à conotation xénophobe et sécuritaire. Le Sahara occidental, l'Arizona, un deuxième mur pour Israël, des quartiers complets qui s'emprisonnent dans les grandes villes occidentales pour «cacher ces pauvres qu'on ne veut pas voir». Décidémment les riches et les États voyous (É.U, Israël) prennent tous les moyens inimaginables pour vivrent en ghetto.

    Petite question qui me trotte dans la tête: Qui a vraiment abattu les clandestins qui s,apprêtaient à entrer en Israël ? Si c'est vraiment l'Égypte combien a t-elle reçu($$$) d'Israël pour abattre ces clandestins ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette information.

  • Gravelon - Inscrit 23 novembre 2010 08 h 54

    préparation

    Il y a un vent de changement qui souffle sur l'égypte, les citoyens ne veulent plus de la dictature d'un moubarack, ce changement arrivera tôt ou tard. Qu'importe le résultat que ça donne, l'Égypte ne collaborera plus de la même façon avec les américains ou les israeliens, le peuple soutient d'abord et avant tout les palestiniens, c'est donc dans ce contexte qu'il faut comprendre le comportement d'Israel.

  • lephilosophe - Inscrit 1 décembre 2010 08 h 38

    Massada

    On a presque l'impression de revivre un antique chapitre de l'histoire juive. Israël semble pris dans le vertige du syndrome de Massada.