1- La Francophonie sur le terrain - Quand la langue de Molière supplante celle du grand Will

Pour apprendre la langue de Molière, les candidats sont souvent prêts à payer jusqu’à 425 $ par mois, une véritable fortune en Afrique.<br />
Photo: Source Organisation internationale de la Francophonie Pour apprendre la langue de Molière, les candidats sont souvent prêts à payer jusqu’à 425 $ par mois, une véritable fortune en Afrique.

Au Togo comme dans toute l'Afrique de l'Ouest, le français est en pleine explosion. Il séduit même les populations anglophones. Un portrait en deux temps, avant l'ouverture du Sommet de la Francophonie vendredi à Montreux, en Suisse.

Lomé — Lorsqu'on pénètre dans le Village du Bénin, il ne faut surtout pas se fier au paillasson sur lequel il est écrit en lettres majuscules «Welcome». Ce «village» est en réalité un grand bâtiment de l'Université de Lomé, capitale du Togo, qui abrite le Centre international de recherche et d'études de langues (CIREL), un centre de formation des maîtres où l'on vient de toute l'Afrique pour parfaire sa formation en français. Une grande partie des étudiants est d'ailleurs constituée d'anglophones du Ghana et du Nigéria, qui viennent au Togo pour six ou neuf mois d'immersion afin de mieux enseigner le français à leur retour.

C'est le cas de Rose, une étudiante nigériane de 21 ans. «J'étudie le français, dit-elle, parce que ce sera plus facile pour moi de trouver du travail. Dans le journalisme ou la diplomatie, il faut absolument parler le français. Si l'on veut voyager, c'est incontournable. Sans compter que j'aime beaucoup cette langue.»

Le déclin du français au profit de l'anglais, personne n'en a encore vraiment entendu parler en Afrique de l'Ouest. Ce serait même le contraire qui se produit puisqu'on assiste à une explosion de la demande de français dans toute la région. «Ici, on ne sent pas d'influence importante de l'anglais, explique Tharcisse Urayeneza, directeur du Bureau régional de la Francophonie de l'Afrique de l'Ouest, qui aide financièrement le Village du Bénin. Chez nous, c'est plutôt les pays anglophones, comme le Ghana, qui subissent la pression francophone. Même l'Afrique du Sud et le Nigéria sont demandeurs de français.»

Le CIREL a beau accueillir entre 1300 et 1500 étudiants par année, ses 40 professeurs ne fournissent pas à la demande. Pour apprendre la langue de Molière, les candidats sont souvent prêts à payer jusqu'à 425 $ par mois, une véritable fortune en Afrique. La tâche est telle que le CIREL vient de s'associer à des organismes semblables au Bénin, au Nigéria et au Ghana pour mieux répondre à la demande.

Une appropriation populaire


«Depuis 2004, on sent un regain d'intérêt pour la langue française dans toute l'Afrique de l'Ouest, explique Adjrankou-Glokpo Mawuena, directeur général du CIREL. Le Ghana et le Nigéria manquent cruellement de professeurs.» Signe de l'influence croissante du français, le Ghana et le Nigéria ont fait du français leur langue seconde.

Ailleurs aussi, la demande explose. Les progrès constants de la scolarisation dans des pays comme le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso ou la Côte d'Ivoire, où le français est souvent la seule langue d'enseignement, provoquent partout une explosion de la demande de professeurs de français. Au moment de l'indépendance, en 1960, le français n'était parlé pourtant que par moins de 25 % de la population. Il le serait aujourd'hui par plus de la moitié. Comme ailleurs en Afrique, le français est en concurrence au Togo avec les langues locales comme l'éwé, surtout parlé au sud, et le kabiyé, surtout parlé au nord.

Introduites dans l'enseignement primaire dans les années 1970, ces deux langues ne seraient cependant pas perçues comme unificatrices. Le kabiyé apparaît comme la langue du pouvoir (celle de la famille Eyadéma, qui dirige le Togo depuis plus de 40 ans) et l'éwé, comme celle de l'opposition. Elles n'ont pu freiner l'expansion du français qui connaît un regain de vie depuis les années 1990, époque où il s'est métissé de mots et d'expressions empruntées aux langues locales. On assiste donc à «une appropriation du français par les peu ou pas lettrés, phénomène pratiquement inconnu autrefois», écrivait la linguiste Isabelle Anzorge.

Le français se «vend» bien


«Les pays africains ont toutes les misères du monde à répondre à cette explosion de la demande», explique Adjrankou Glokpo. Au CIREL, à cause du manque de locaux, il faut souvent séparer les étudiants en groupes du matin et de l'après-midi. Mais la plus grande difficulté des étudiants qui viennent passer une année d'université à Lomé, c'est de se loger. C'est pourquoi le CIREL a entrepris la construction d'une cité universitaire qui pourra abriter 200 étudiants.

Il n'est pas rare que le Village du Bénin accueille des banquiers, des hommes d'affaires, des religieux et des militaires qui veulent apprendre le français. On y a même enseigné le français à des cadres de l'African National Congress (ANC), le parti de Nelson Mandela. Le CIREL devrait bientôt ouvrir une filière pour les spécialistes du tourisme.

Au début octobre, le centre accueillait une vingtaine de cadres du ministère de l'Éducation du Tchad, où le français partage le statut de langue officielle avec l'arabe. L'un d'eux, M. Djobaye, explique que, pour améliorer l'enseignement du français, le gouvernement a choisi 20 candidats parmi les meilleurs inspecteurs du ministère de l'Éducation. Une fois leur stage terminé, ces 20 formateurs auront la tâche de former ceux qui iront à leur tour dans chaque région du pays former les maîtres des écoles communales tchadiennes.

«Ici, le français, ça se vend bien, dit Paulus Ayayi Adanlete, qui enseigne la stylistique et la littérature au CIREL. Ça se vend beaucoup mieux que l'anglais. Mes étudiants disent que c'est une langue difficile, mais une grande langue d'excellence. Ils sont très motivés, car le français leur ouvre tout un univers. Avec le français, ils trouveront rapidement du travail.»

La bibliothèque du CIREL aurait de quoi faire rougir certains bibliothécaires des écoles du Québec. Outre l'essentiel de la littérature française et africaine, on y trouve les livres de Gabrielle Roy, de Geneviève Guèvremont et pas moins de dix exemplaires de L'Amélanchier de Jacques Ferron.

Dans une classe attenante à la bibliothèque, une quarantaine d'écoliers de 12 à 14 ans du Lagos Citizen Comprehensive College se relaient, deux par deux, devant la classe pour lire un dialogue en français. Leurs parents nigériens ont déboursé une fortune pour les envoyer à Lomé pendant un mois spécialement pour étudier le français.

Parler du déclin du français et de la menace de l'anglais au Togo, c'est un peu comme parler des Martiens. On sait que la rumeur existe, mais on n'en a jamais vu. «Nous sommes persuadés que plus le taux de scolarisation augmentera, plus le français se répandra en Afrique, dit Tharcisse Urayeneza. Au fond, c'est ici que se joue l'avenir du français.»

***

Correspondant du Devoir à Paris

***

Christian Rioux s'est rendu au Togo avec l'aide de l'Organisation internationale de la Francophonie.
10 commentaires
  • Djemy Djemy - Inscrit 20 octobre 2010 05 h 56

    Afrique de L'ouest vs Quebec

    Que dire de plus??? juste que c'est une honte pour les Quebecois de voir des Africains Francophone et non de souche favoriser l'exploision du Francais alors que les QUEBECOIS eux prefere la langue de ceux qui les ont assujetti
    paradoxe

  • Christian Franck - Inscrit 20 octobre 2010 08 h 45

    Nostalgie et hypocrisie

    L’analyse manque cruellement de chiffres. On se base uniquement sur les opinions de gens du CIREL et le ministre de l’Éducation du Tchad.
    Que la scolarisation augmente la fréquentation d’écoles françaises dans les anciennes colonies de la France c’est fort probable, mais que le français gagne du terrain face à l’anglais dans les anciennes colonies anglaises reste à démontrer. À mon avis, c’est juste le souhait de certains francophones, nostalgiques de la place que le français occupé il y a un siècle.

    Avec ce raisonnement on pourrait dire alors qu’étant donné le nombre de mexicains qui viennent prendre de cours de français au Québec a augmenté dans les dix dernières années, le français gagne du terrain face à l’espagnol.

    Je tiens à remarquer que c’est pour le moins ironique que dans l’éditorial du Devoir on crie au feu parce qu’une centaine de francophones et allophones pourraient éventuellement aller à l’école anglaise mais on se réjouit discrètement quand les africains vont à l’école française au détriment des langues locales.

    Pure hypocrisie.

  • Francois Dorion - Inscrit 20 octobre 2010 11 h 26

    La langue comme facteur d'unification

    C'est une erreur commune que de considérer la langue comme cause principale des facteurs sociaux qui déterminent l'apartenance à un groupe. C'est un facteur important, mais seulement dans la mesure de sa production d'oeuvres utiles à la survie du groupe dans un environnement déterminé. En fait, l'environnement lui-même est prétexte à la création de la langue qui l'habite.
    C'est ce qui a fait parler Voltaire de "quelques arpents de neige" et Nelligan de sa"vitre qui est un jardin de givre".
    Pour le Français, l'environnement québécois et canadien est hostile, et porte au développement de la technologie.
    Pour assurer la survie du français au Québec, il faut donc penser résolument aux moyens que cette langue nous offre pour vivre dans un environnement agricole difficile et qui appelle au développement de l,esprit d'invention plutôt qu'à la résignation morbide de Voltaire et de nelligan.

  • Lorne Huston - Abonné 20 octobre 2010 12 h 40

    Rougir de honte?

    Je ne sais pas si beaucoup de responsables de bibliothèques vont rougir de honte de ne pas mettre en valeur "Geneviève" (sic) Guèvremont mais notre journaliste pourrait vouloir relire Germaine Guèvremont.

  • Jean Rousseau - Inscrit 20 octobre 2010 15 h 21

    AU DELÀ DES SONDAGES

    La belle sonorité de nos valeurs doit y être aussi pour quelque chose.