Arrestation d'une opposante rwandaise

Kigali — L'opposante Victoire Ingabire, rentrée d'exil en janvier et candidate déclarée à l'élection présidentielle d'août au Rwanda, a été arrêtée hier à Kigali et sera poursuivie pour «association avec un groupe terroriste» et «négation du génocide».

Mme Ingabire, une Hutue, est présidente des Forces démocratiques unifiées (FDU), un parti encore officieux mais qui l'a désignée comme candidate à la présidentielle d'août prochain à laquelle devrait participer Paul Kagame, l'ancien chef rebelle au pouvoir depuis 1994.

Elle a été arrêtée hier à Kigali, selon la police, et présentée l'après-midi même devant le Tribunal de grande instance de Gasabo, dans cette ville, indique un communiqué du parquet. L'opposante a été formellement mise en accusation pour «association avec un groupe terroriste, propagation de l'idéologie du génocide, négationnisme [du génocide] et divisionnisme ethnique», a précisé le parquet général.

Elle est notamment accusée d'association avec les rebelles hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda, basées en République démocratique du Congo, et dont certains ont participé au génocide de 1994.

Cette arrestation intervient après l'interpellation, la mise à l'écart ou la fuite à l'étranger de plusieurs hauts responsables de l'armée et anciens cadres du régime, Tutsis anglophones issus des rangs de l'ex-rébellion FPR.