« La guerre au Darfour est terminée »

El-Facher — «La guerre au Darfour est terminée», a affirmé hier le président soudanais Omar el-Béchir au lendemain de la signature d'un accord clé avec le plus militarisé des groupes rebelles, dont il a libéré la moitié des membres emprisonnés après une attaque sans précédent.

«La crise au Darfour est finie, la guerre au Darfour est terminée. Le Darfour est maintenant en paix», a dit le raïs soudanais lors d'un discours à El-Facher, la capitale historique du Darfour.

Cette région de l'ouest du Soudan est en proie depuis 2003 à une guerre civile à l'origine de 300 000 morts selon les estimations de l'ONU (10 000 d'après Khartoum) et de 2,7 millions de déplacés.

«Le combat des armes est terminé, celui du développement commence», a ajouté le président soudanais, sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et contre l'humanité au Darfour.

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), un des deux plus importants mouvements rebelles du Darfour, et le gouvernement soudanais ont signé officiellement mardi à Doha, au Qatar, un accord politique prévoyant un cessez-le-feu et une «paix définitive» d'ici le 15 mars.

L'autre important groupe rebelle du Darfour, l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahid Nour (SLA-Abdelwahid), a toutefois fustigé cet accord.

L'ONG française Médecins du Monde (MDM) a suspendu hier ses opérations au Jebel Marra, fief du SLA-Abdelwahid, après des combats dans la ville de Déribat qui ont provoqué «la fuite massive de la population», selon un communiqué transmis à l'AFP.

Selon des sources concordantes, les forces progouvernementales mènent une offensive depuis quelques semaines dans ce fief du SLA-Abdelwahid afin de faire pression sur ce groupe rebelle qui refuse de se joindre au processus de paix de Doha (Qatar).

L'accord de Doha entre Khartoum et le JEM survient avec pour toile de fond le réchauffement des relations entre le Soudan et le Tchad, deux voisins qui se menaient une guerre par groupes rebelles interposés, et la campagne électorale au Soudan.

Plus grand pays d'Afrique, le Soudan doit tenir du 11 au 13 avril ses premières élections — législatives, régionales, et présidentielle — multipartites depuis 1986.