Combats en Somalie - Des milliers de civils fuient la capitale

Genève et Mogadiscio — Les combats entre forces gouvernementales et insurgés islamistes dans la capitale somalienne, Mogadiscio, ont fait fuir des milliers de civils depuis mercredi, a averti hier le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).

Les violents affrontements de mercredi ont fait 24 morts et une quarantaine de blessés, selon des organisations présentes à Mogadiscio ayant rapporté ces informations au HCR, a précisé une porte-parole, Melissa Fleming, lors d'un point de presse à Genève.

De nouveaux affrontements ont par ailleurs éclaté hier et au moins cinq civils ont été tués après que les shebab avaient ouvert le feu sur des positions gouvernementales, selon des sources officielle et médicale à Mogadiscio.

«Depuis début février, plus de 8000 personnes ont quitté la ville pour échapper aux combats qui feraient rage dans plusieurs zones, particulièrement dans les faubourgs nord», a ajouté Mme Flemming.

«Nous intensifions nos préparatifs pour intervenir et apporter une aide d'urgence dès que la situation sécuritaire le permettra», a-t-elle poursuivi, soulignant que les affrontements empêchent tout accès pour l'instant.

Le gouvernement somalien de transition annonce depuis plusieurs semaines son intention de lancer prochainement, avec le soutien de la force de paix de l'Union africaine, l'Amisom, une offensive majeure à Mogadiscio contre les insurgés shebab, qui se réclament d'al-Qaïda, et leurs alliés du Hezb al-Islam.

Ceux-ci ont renforcé depuis mercredi de plusieurs centaines de combattants leurs effectifs dans la capitale.

En réaction, les shebab ont promis hier «de mener une guerre totale» au gouvernement de transition somalien et à son allié de la force de paix de l'Union africaine, a déclaré cheikh Muktar Robow Abu Mansur, l'un des principaux commandants de la milice islamiste.

«Les guerriers d'Allah sont parfaitement préparés à lancer des attaques pour chasser l'ennemi» de la ca-

pitale, a affirmé Abu Mansur, appelant tous les moujahidines du pays «à s'unir pour vaincre».

«Cette guerre ne concernera pas seulement la Somalie. Tous les guerriers saints de l'islam iront aider nos frères à combattre au Yémen, en Afghanistan et en Tchétchénie», a promis le chef shebab.

Au cri de «Allahu Akbar», plusieurs centaines de partisans des shebab se sont également rassemblés hier matin dans l'ancien stade de la capitale, où des chefs de la milice islamiste ont appelé là aussi à la guerre contre le gouvernement et l'Amisom.