Les ONG pourront retourner au Darfour

New York — Le Soudan a décidé d'autoriser le retour au Darfour des organisations non gouvernementales occidentales expulsées en mars, et certaines vont pouvoir reprendre leurs activités, a annoncé hier le responsable de l'ONU chargé de l'aide humanitaire.

«Le gouvernement [soudanais] a dit que non seulement les ONG existantes étaient les bienvenues, mais aussi [...] de nouvelles ONG avec de nouveaux noms et de nouveaux logos, a déclaré John Holmes. C'est pourquoi je pense que la possibilité [de revenir au Darfour] existe pour toutes les organisations qui ont été expulsées, et certaines en ont déjà tiré parti. Elles viennent de se faire réenregistrer et vont reprendre leurs opérations», a-t-il ajouté.

Le Soudan avait expulsé 13 organisations après le mandat d'arrêt émis en mars par la Cour pénale internationale contre le président Omar el-Béchir pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour. Les ONG avaient été expulsées pour avoir «violé les lois du pays» et ne pas avoir «respecté leur mandat», selon le président Béchir. Les autorités soudanaises avaient indiqué début mai qu'elles prévoyaient accueillir de nouvelles ONG occidentales au Darfour et étendre le mandat de celles toujours sur le terrain pour combler le vide laissé par cette expulsion.

«Je pense que nous avons fait quelques belles avancées avec le gouvernement [de Khartoum] pour créer une atmosphère plus positive après celle très négative qui régnait là-bas, a-t-il dit. Quelques accords très utiles ont été passés par exemple sur les visas pour le personnel des ONG.»

Le président soudanais Omar el-Béchir a qualifié lundi le mandat d'arrêt délivré à son encontre par la CPI de «violation» de la souveraineté de son pays, lors d'un sommet régional au Zimbabwe. «Une telle attitude ouvre la voie à une nouvelle ère de domination et de violation de l'indépendance et de la souveraineté du Soudan», a-t-il déclaré lors de cette réunion de la Comesa, le marché commun de l'Afrique australe et de l'Est, à Victoria Falls.

Le Darfour est en proie depuis 2003 à un conflit complexe à l'origine de 2,7 millions de déplacés, ce qui en fait le théâtre de la plus importante mission humanitaire au monde en terme d'effectifs et de fonds mobilisés.

À voir en vidéo