En bref - Des ravisseurs «généreux»

L'ex-otage canadienne libérée mercredi dans le nord du Nigeria est apparue hier peu marquée par ses 13 jours de détention, déclarant à son retour en Alberta que ses ravisseurs étaient des gens «généreux» qui ne cherchaient qu'à faire des «affaires».

«Tous les gens du nord du Nigeria ne sont pas mauvais [...] En fait, même les kidnappeurs étaient pour la plupart généreux», a dit à la presse Julie Ann Mulligan, 45 ans, qui avait été enlevée le 16 avril à Kaduna alors qu'elle participait avec quatre autres Canadiens à un échange culturel organisé par le Rotary club. «Ils ne m'ont pas fait mal physiquement et ne m'ont pas torturée psychologiquement», a-t-elle ajouté. Les ravisseurs demandaient une rançon de 136 000 $ pour sa libération, avait indiqué la police, qui a arrêté les sept auteurs présumés du rapt. «Il ne s'agissait que de faire des affaires, de faire de l'argent, [car] la majorité de la population du Nigeria en manque terriblement», a poursuivi Mme Mulligan.

À voir en vidéo