Le Hamas et le Fatah discutent au Caire

Le Caire — Les rivaux palestiniens se sont retrouvés hier au Caire avec pour difficile tâche de former d'ici à la fin mars un gouvernement d'union face à Israël et entamer la reconstruction de Gaza.

Si cet objectif de gouvernement d'entente nationale est central pour le processus de réconciliation, un consensus restera également ardu à trouver sur la refonte des services de sécurité et l'avenir de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Quelques semaines après la meurtrière et dévastatrice guerre de Gaza, une douzaine de factions palestiniennes étaient convenues le 26 février d'en finir avec 18 mois de divisions jalonnées de violences.

Le Hamas et le Fatah, les principaux rivaux, sont en conflit ouvert depuis que le mouvement islamiste, vainqueur des législatives de 2006, a délogé de Gaza par la force les fidèles du président Mahmoud Abbas en juin 2007.

Le cycle de réunions lancé hier, à travers cinq commissions, se déroule sous le patronage égyptien. L'Égypte n'est pas parvenue jusqu'à présent à arracher une trêve entre Israël et le Hamas, maître de la bande de Gaza.

Les cinq commissions qui ont commencé leurs travaux à huis clos portent sur la création d'un gouvernement d'entente, la réconciliation, la refonte des services de sécurité, la réorganisation de l'OLP et la préparation des élections présidentielle et législatives.

«Nous tablons sur dix jours de réunions, avec en ligne de mire, ce qui est le plus difficile, la création du gouvernement de consensus», a dit Azzam el-Ahmad, chef du groupe parlementaire du Fatah.

Selon lui, «le cabinet pourra comporter des membres du Fatah et du Hamas mais il doit s'engager à reconnaître les accords déjà conclus» par l'OLP.