Les civils somaliens - Le monde a manqué à ses devoirs

Nairobi — «La communauté internationale a totalement manqué à ses devoirs envers les civils somaliens», ont dénoncé hier 52 ONG travaillant dans ce pays en guerre, appelant le monde «à faire maintenant de la protection de ces civils une priorité», dans un communiqué conjoint.

«Nous appelons la communauté internationale à faire de la protection des civils somaliens une priorité», exhortent ces 52 organisations non gouvernementales, dont Oxfam International, Save the Children Grande-Bretagne, World Vision ou Handicap International.

«Nous sommes extrêmement inquiets de la situation humanitaire dévastatrice en Somalie», où «près de la moitié de la population, soit 3,25 millions de personnes, a maintenant besoin d'aide d'urgence», relève le communiqué.

«1,1 million de personnes sont actuellement déplacées en Somalie; un enfant de moins de cinq ans sur six, soit environ 180 000 enfants, souffre de malnutrition sévère dans le sud et le centre de la Somalie.»

Les Somaliens «sont également frappés par la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'eau jusqu'à 1000 %», peut-on lire dans le communiqué.

Les ONG se disent «épouvantées par l'utilisation indiscriminée et disproportionnée de la force par toutes les parties armées au conflit» somalien. Elles rappellent que les travailleurs humanitaires sont «de plus en plus les victimes de meurtres et d'enlèvements» et fustigent le fait qu'ils «sont désormais considérées comme des cibles légitimes».

Rien qu'en 2008, «24 travailleurs humanitaires, dont 20 ressortissants somaliens, ont été tués dans l'exercice de leur travail», dénonce le communiqué.

Vendredi, des hommes armés ont attaqué et pillé à Mogadiscio les locaux d'une organisation humanitaire britannique, Muslim Aid. Fin septembre, trois bureaux de l'organisation américaine International Medical Corps, ont été pillés par des malfaiteurs armés.

Les travailleurs humanitaires, y compris les étrangers, sont de plus en plus la cible d'attaques en Somalie, pays en guerre civile depuis 1991.