Somalie - L'étau se resserre sur les pirates

Mogadiscio — L'étau se resserrait hier autour des pirates qui retiennent depuis le 25 septembre près des côtes somaliennes un cargo ukrainien chargé d'armes, trois navires étrangers au moins étant en route, en plus des bateaux de guerre américains déjà sur place.

La Somalie a autorisé la Russie, dont un navire de guerre se dirige vers la région, à «combattre les pirates» près de ses côtes, a annoncé hierl 'ambassadeur somalien à Moscou, Mohamed Mohamoud Handule.

Plus tôt dans la journée, le président somalien Abdullahi Yusuf Ahmed avait demandé à ses concitoyens et à la communauté internationale de combattre le fléau de la piraterie, en pleine expansion depuis ces derniers mois au large de la Somalie, pays en guerre civile depuis 1991.

Les pirates «imposent un embargo au peuple somalien et à la communauté internationale parce qu'ils bloquent les mouvements entre la Méditerranée et l'océan Indien, ce qui affecte non seulement la Somalie mais le monde entier», a-t-il déclaré à Mogadiscio. Ils «ont des agents et des bureaux à terre, où ils apportent leurs rançons et je crois que certains d'entre nous sont leurs complices», a-t-il dit.

Au moins trois bateaux de guerre étrangers faisaient route mercredi vers les côtes somaliennes, où des navires de la marine américaine — trois selon les pirates — surveillent déjà étroitement depuis plusieurs jours le cargo ukrainien Faina, ancré devant le port d'Hobyo (500 km au nord de Mogadiscio).

Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, un navire de guerre russe et deux frégates malaisiennes se dirigent vers la zone.

Pour l'instant, les navires de guerre américains, qui disposent «d'énormes capacités à bord», maintiennent sous contrôle le Faina, a assuré un porte-parole du département américain de la Défense, Geoff Morrell.