Le Kenya, plus de 40 ethnies et un tribalisme enraciné

Nairobi — Voici quelques données sur les communautés ethniques qui compoosent le Kenya.

- Les 36 millions de Kényans se répartissent entre plus de 40 ethnies différentes. Les principales sont les Kikuyus (22 %), les Luhyas (14 %), les Luos (13 %); les Kalenjins (12 %) et les Kambas (11 %), selon des statistiques gouvernementales.

- Le président Mwai Kibaki appartient à l'ethnie des Kikuyus, établie principalement sur les hauts plateaux du centre du pays. Les Kikuyus tiennent une bonne partie des leviers de l'économie et ont vigoureusement soutenu le président lors de l'élection présidentielle de jeudi dernier.

- Le chef de l'opposition, Raila Odinga, est un Luo originaire de l'ouest du Kenya, près du lac Victoria, à la frontière avec l'Ouganda. La circonscription d'Odinga dans la capitale Nairobi, Langata, compte l'un des plus grands bidonvilles d'Afrique, avec une bonne proportion de Luos, qui le soutiennent de manière fanatique.

- L'ex-président kenyan Daniel Arap Moi est un Kalenjin, ethnie dont est issue la majeure partie des marathoniens kenyans, connus dans le monde entier pour leur aptitude aux courses de fond.

- Les tensions ethniques sont fréquentes au Kenya, notamment dans les périodes électorales. Les pires violences ethniques remontent à 1992: elles avaient fait dans les 1500 morts dans la vallée du Rift. Cinq ans plus tard, de nouvelles violences, centrées sur la ville de Mombasa, avaient fait 200 morts.

- Le Kenya a réussi à rester en paix depuis son indépendance en 1963, alors que la plupart des pays de la région ont connu des guerres ou des périodes plus ou moins troublées. Mais on reproche fréquemment au Kenya de ne pas s'être attaqué à un tribalisme profondément enraciné dans les mentalités, contrairement à ce qu'a fait en Tanzanie voisine le président fondateur Julius Nyerere.

À voir en vidéo