Le génocide rwandais - Un juge français demande des poursuites contre Kagame devant le TPIR

Paris — Le juge français Jean-Louis Bruguière a recommandé vendredi des poursuites contre le président rwandais Paul Kagame devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour sa «participation présumée» à l'attentat en 1994 contre l'avion de son prédécesseur Juvénal Habyarimana, a-t-on appris hier de source judiciaire.

Parallèlement, le magistrat a demandé l'avis du ministère public sur les arrestations de neuf membres de l'entourage de Paul Kagame dans le cadre de l'enquête, dont l'actuel chef d'état-major de l'armée rwandaise James Kabarebe.

Dès hier soir, le parquet a requis l'émission de mandats d'arrêt internationaux contre ces neuf personnes, comme le demandait le juge antiterroriste. Il revient désormais à M. Bruguière de signer les demandes d'arrestations, ce qui devrait intervenir dans les prochains jours.

Le parquet s'est prononcé sur les seules demandes de mandats d'arrêt. Il n'est pas saisi de la recommandation exprimée par le juge dans son ordonnance d'engager des poursuites contre M. Kagame.

Dans ce document, M. Bruguière affirme qu'il entend informer le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, des éléments de son enquête dans le but éventuel de saisir le TPIR pour la «participation présumée» de M. Kagame à l'attentat du 6 avril 1994.

La mort du président Habyarimana avait déclenché le génocide de 800 000 tutsis commis par les partisans du régime hutu. Le massacre n'avait pris fin qu'après la victoire militaire du Front patriotique rwandais (FPR), en juillet 1994.