En bref - Détenus sans procès

Amman — Un tiers de la population carcérale de Jordanie ne fait l'objet d'aucune inculpation ou procédure judiciaire, affirme le Centre national pour les droits de l'homme dans un rapport publié hier.

«Dans nombre de cas, les détenus sont emprisonnés au-delà d'une période de trois mois sans qu'on leur ait notifié d'acte d'accusation ou qu'on les ait traduits devant un tribunal pour examen de leur dossier», écrit l'organisme jordanien financé sur fonds publics. Or, selon le juriste Samih Khrais, la loi jordanienne fixe à 24 heures la durée maximale des gardes à vue pour des affaires ordinaires.