L'Iran veut reprendre ses recherches nucléaires

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad hier, à Qom.
Photo: Agence Reuters Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad hier, à Qom.

Téhéran — Le président Mahmoud Ahmadinejad a affirmé hier que l'Iran reprendrait ses recherches nucléaires bien que les pays occidentaux l'aient averti qu'il compromettrait ainsi les efforts pour trouver un compromis diplomatique sur ses ambitions dans ce domaine.

En annonçant mardi à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qu'il allait reprendre ses recherches sur le combustible nucléaire, suspendues il y a plus de deux ans, l'Iran a suscité des mises en garde de Washington et de l'Union européenne, qui le soupçonnent de vouloir se doter d'armes atomiques.

«Certains ont dit récemment que la nation iranienne n'était pas en droit de procéder à des recherches nucléaires, a déclaré Ahmadinejad dans un discours dans la ville sainte de Qom qui était retransmis par la télévision nationale, mais ils doivent savoir que la nation et le gouvernement iraniens défendront leur droit aux recherches et à la technologie nucléaires, et qu'ils avanceront avec prudence.»

«En s'appuyant sur ses jeunes chercheurs, l'Iran utilisera cette technologie à des fins médicales, industrielles et énergétiques dans un proche avenir.»

«Les dernières annonces de l'Iran sont inutiles et provocatrices, a déclaré un porte-parole du Foreign Office. Une reprise de l'enrichissement ou des activités liées à l'enrichissement [de l'uranium] aggraverait sérieusement la situation.»

Pour Paris, l'intention affichée de Téhéran de reprendre des recherches sur le combustible le 9 janvier met en péril les négociations entamées avec la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne.

La délégation iranienne attendue hier à Vienne au siège de l'AIEA pour expliquer la décision de Téhéran ne s'est pas présentée. Aucune nouvelle réunion n'a été fixée dans l'immédiat.