En bref - Chameaux norvégiens

Oslo — L'élevage de chameaux pourrait fournir du travail aux réfugiés africains vivant en Norvège, a déclaré hier la responsable des réfugiés à la municipalité de Loeten.

«Nous tentons d'imaginer diverses façons d'exploiter les compétences de chacun», a déclaré à Reuters Wenche Stenseth. Le village, situé à quelque 120 kilomètres au nord d'Oslo, vient de demander une subvention de quelque 160 000 $ à la Direction norvégienne de l'Immigration pour étudier la possibilité de créer un élevage de dix à vingt chameaux, a-t-elle indiqué. Une centaine de réfugiés, somaliens et soudanais notamment, vivent à Loeten. Beaucoup d'entre eux sont sans emploi et dépendent des aides gouvernementales. Un élevage de chameaux pourrait les aider à s'intégrer. Lait de chamelle, viande et peaux peuvent être vendus. La société est multiculturelle. Le marché existe, a affirmé Stenseth. Certaines espèces de chameaux originaires de Mongolie ou du Tibet pourraient s'habituer aux hivers norvégiens. Elles pourraient également constituer un atout touristique. «Pourquoi les Norvégiens se rendraient-ils au Maroc ou en Égypte pour monter sur un chameau s'ils peuvent le faire ici?», s'interroge-t-elle.