Allaoui réunit un congrès politique

Bagdad — Plusieurs dizaines d'hommes politiques irakiens de tous les bords se sont réunis hier à Bagdad, à l'initiative de l'ancien premier ministre Iyad Allaoui, sur le thème de l'unité nationale, deux jours après le référendum sur le projet de constitution.

L'assistance a pris connaissance d'un message du secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, prochainement attendu à Bagdad, dans lequel il a appelé les Irakiens à «préserver l'unité nationale» et les pays voisins à aider les autorités irakiennes à «atteindre leur objectif, celui de construire un Irak stable».

Ce message, lu par un diplomate libanais en poste à Bagdad, le chargé d'affaires Hassan Hijazi, est le premier du genre adressé à des hommes politiques irakiens en congrès depuis la chute de l'ancien régime en mars 2003.

Prenant la parole, M. Allaoui qui ne cache pas ses ambitions de former une alliance autour de son parti laïc, le Mouvement de l'entente nationale, en vue des élections de décembre a fait un plaidoyer pour une culture du dialogue politique. «J'ai toujours été contre la violence et je le suis toujours. Je pense que la violence ne peut que générer la violence et qu'il faut résoudre les différends par le dialogue politique», a-t-il déclaré. M. Allaoui, dont le groupe parlementaire est formé de 40 députés à l'Assemblée de 275 sièges, a estimé que l'instabilité de l'Irak, pourrait affecter l'ensemble de la région.

Plusieurs autres orateurs ont pris la parole, notamment Tarek al-Hachimi, secrétaire général du Parti islamique, la principale formation sunnite du pays. «Notre parti a posé un jalon dans l'édifice de l'unité nationale», a-t-il dit en référence au ralliement de sa formation qui a fini par appeler à voter en faveur du projet de Constitution après des modifications sur le texte donnant la possibilité au Parlement de le modifier.